18.09.2020 à 13:16

GenèveHamid Mamdouh recalé pour la tête de l’OMC

Le Genevois ne figure pas dans la liste des cinq personnes encore en lice pour diriger l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

Le Genevois Hamid Mamdouh ne fait pas partie des cinq candidats qui restent en lice pour diriger l’Organisation mondiale du commerce (OMC) à Genève (archives).

Le Genevois Hamid Mamdouh ne fait pas partie des cinq candidats qui restent en lice pour diriger l’Organisation mondiale du commerce (OMC) à Genève (archives).

KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI

Le candidat égyptien à la direction générale de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) Hamid Mamdouh, également genevois, ne pilotera pas cette institution. Il ne figure pas dans la liste des cinq personnes encore en lice, sur huit, annoncée vendredi à Genève.

L’ancien secrétaire britannique au commerce international Liam Fox, la Nigériane Ngozi Okonjo-Iweala, la ministre kényane Amina Mohamed et celle du commerce en Corée du Sud, Yoo Myung-hee, de même que le ministre saoudien Mohammed Al-Tuwaijri restent en lice, a dit à la presse le porte-parole de l’institution. En revanche, les 164 membres ont écarté, outre M. Mamdouh, le Mexicain Jesus Seade Kuri, un ancien directeur général adjoint de l’OMC, et l’ex-chef de la diplomatie moldave Tudor Ulianovschi.

Jamais une femme n’a dirigé l’OMC. Les trois candidates féminines poursuivent toutes vers la deuxième étape. Face à des profils plus politiques, M. Mamdouh avait mis l’accent sur son expérience de plus de 35 ans dans le système commercial multilatéral et se présentait comme un possible candidat du consensus entre pays développés et en développement.

Dans une déclaration à Keystone-ATS, le Genevois a remercié tous ceux qui ont soutenu sa candidature. Il voulait être adoubé par la Suisse, mais Berne ne dévoile jamais qui elle désigne et est restée discrète pendant tout ce processus.

Encore deux étapes

Il a souhaité à l’OMC de surmonter ses nombreux défis. L’organisation peut constituer «un instrument important» pour provoquer des changements positifs sur la scène internationale, affirme-t-il, en ajoutant qu’il continuera à conseiller les Etats membres qui recourent à lui.

Désormais, une nouvelle période de consultations d’environ deux semaines s’ouvre jeudi prochain pour tenter de réduire cette liste de cinq personnes à deux. Il faudra ensuite une troisième étape d’environ un mois jusqu’au 7 novembre pour trouver un consensus pour remplacer Roberto Azevedo qui a quitté l’OMC fin août, un an avant la fin de son second mandat.

«Nous sommes en bonne voie» pour honorer le calendrier qui a été fixé, estime le porte-parole. En revanche, il ne sait pas encore quand le prochain ou la prochaine directrice entrera en fonction. Selon des observateurs, le prochain directeur général ou la prochaine directrice générale pourrait ne démarrer son mandat que début 2021.

OMC en difficulté

La pandémie n’a, elle, pas affecté les consultations. Même les délégations qui ne sont pas présentes à Genève ont pu dialoguer avec le président du comité chargé de mener ces discussions entre les Etats sur les candidatures.

L’institution fait, elle, face à une crise institutionnelle depuis que les Etats-Unis ont rendu son tribunal d’appel dysfonctionnel. Autre problème, alors qu’un consensus semblait se dégager sur l’un des adjoints de M. Azevedo pour la piloter provisoirement, Washington, qui a menacé à plusieurs reprises de quitter l’OMC, a aussi cherché à imposer son ressortissant, provoquant un blocage.

Le commerce mondial est confronté à une crise importante en raison de la pandémie. Il pourrait reculer de jusqu’à un tiers environ cette année avec les effets du Covid, selon l’organisation.

(ATS/NXP)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
14 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Picsou

19.09.2020 à 12:11

Calvin, Voltaire, ne sont pas pas Hamid.

Nataniel

18.09.2020 à 15:26

Un Genevois et Egyptien à la fois. C'est vrai qu'à le voir il fait très genevois... en fait oui. Il représente le genevois d'aujourd'hui.

Arfi

18.09.2020 à 15:24

Donc il est genevois mais c'est inscrit Egypt sur la pancarte. Amusant