Actualisé 02.10.2008 à 19:16

Conseil fédéral

Hans-Rudolf Merz reste au gouvernement

Sorti mercredi de l'hôpital, le ministre des finances indique qu'il reprendra les rênes de son département après sa convalescence.

Pour le moment, il commence une période de rééducation.

La date de son retour aux affaires n'est pas encore connue, selon le communiqué diffusé jeudi par la Chancellerie fédérale. «Ce n'est pas à moi de lui poser des questions, mais à lui de nous avertir de son retour», a ajouté Pascal Couchepin au terme de la séance du Conseil fédéral. «Plus on respectera sa tranquillité, meilleures sont ses chances de prompt rétablissement».

Dans une lettre écrite lundi au président de la Confédération Pascal Couchepin, M. Merz remercie les membres du Conseil fédéral pour leur soutien et «exprime tout particulièrement sa gratitude à sa collègue Eveline Widmer-Schlumpf», qui assure la suppléance.

Le grand argentier a quitté l'hôpital «au terme d'un déroulement positif du processus de guérison», annonce pour sa part l'Hôpital de l'Ile à Berne. L'état général de santé de M. Merz est qualifié de «bon et stable». Le ministre est entré en rééducation «comme prévu».

Hans-Rudolf Merz a subi il y a dix jours un quintuple pontage coronarien, après avoir été frappé par un accident cardio- vasculaire le 20 septembre à Herisau. Transféré à l'hôpital de St- Gall, il avait été plongé dans un coma artificiel avant d'être héliporté à l'Hôpital de l'Ile. Il est sorti des soins intensifs jeudi dernier.

Fin des spéculations

En coulisse, la plupart des partis spéculaient déjà sur la démission du radical et polissaient leurs scénarios. Le président de la Confédération Pascal Couchepin avait demandé que la question du retour aux affaires de M. Merz ou d'une éventuelle démission soit réglée d'ici la session d'hiver des Chambres fédérales, en décembre.

Jeudi dans un communiqué, le PRD s'est dit «heureux» de la décision de Hans-Rudolf Merz, parlant d'une «excellente nouvelle» pour la Suisse et sa population. Avec le retour de l'Appenzellois aux affaires, le PRD garde deux sièges au Conseil fédéral.

(ap)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!