France voisine - Hantavirus: le masque recommandé pour les balades en forêt
Actualisé

France voisineHantavirus: le masque recommandé pour les balades en forêt

Plusieurs personnes ont dû être hospitalisées pour une infection à ce virus transmis par les rongeurs.

L’hantavirus est transmis par certaines espèces de rongeurs (photo prétexte).

L’hantavirus est transmis par certaines espèces de rongeurs (photo prétexte).

Getty Images/iStockphoto

Dans une actualité largement occupée par la pandémie mondiale, un autre virus vient de faire son apparition. Et c’est en France voisine que l’on trouve l’un de ses foyers.

L’Agence régionale de santé Bourgogne Franche-Comté indique en effet que 16 cas d’hantavirus ont été recensés dans les départements du Doubs et du Jura depuis le début de l’année. Selon plusieurs médias français, plusieurs personnes infectées ont dû être hospitalisées.

Hôtes naturels

Transmis par certaines espèces de rongeurs, ce virus, présent essentiellement dans le quart nord-est de la France, peut entraîner une maladie appelée fièvre hémorragique avec syndrome rénal. Les hôtes naturels des hantavirus en France sont le campagnol roussâtre et accessoirement le mulot à collier, qui vivent dans les forêts et parfois, dans les bâtiments avoisinants.

Ces rongeurs présentent une infection inapparente et excrètent le virus en grande quantité dans leur urine, leurs selles ou leur salive. L’homme peut alors être contaminé par voie respiratoire en inhalant le virus présent dans les excrétions des rongeurs à l’occasion de travaux ou de promenades en forêt ou en bordure de forêt. En Suisse, seuls quelques cas ont été recensés ces dernières années, dont un seul en 2021, rapporte «ArcInfo». Le pic avait été atteint en 2012 avec six cas recensés.

Quant à la fièvre hémorragique avec syndrome rénal, dont les symptômes sont proches de la grippe, elle est le plus souvent bénigne mais peut, dans certains cas, provoquer des problèmes rénaux ou autres signes cliniques suffisamment graves pour conduire à l’hospitalisation.

Recommandations

Dans ce contexte, la préfecture du Jura a initié une campagne de sensibilisation vis-à-vis des infections au hantavirus en diffusant auprès des communes du département une plaquette d’information qui émane du ministère de la Santé et des Sports et de la Direction générale de la santé. On y retrouve toute une série de recommandations, que voici:

  • Éviter le contact avec les excréta de rongeurs: mettre un pansement sur toute blessure avant de manipuler du bois ou de travailler la terre en bordure de forêt; éviter de manipuler des rongeurs, vivants ou morts, ou leurs nids, et si cela s’avère nécessaire, mettre des gants de caoutchouc ou de latex.

  • Éviter l’inhalation de virus: mettre un masque ou, du moins, se mettre dos au vent pour manipuler du bois ou de la terre en forêt ou en bordure de forêt; éviter de rentrer dans des locaux fermés en forêt ou en bordure de forêt; aérer et asperger d’eau (ou mieux, de désinfectant ou d’eau de javel) avant de balayer dans des locaux ayant été fermés longtemps, susceptibles d’avoir abrité des rongeurs. De préférence, utiliser l’aspirateur plutôt que le balai, et porter un masque. Limiter la présence des hôtes naturels dans les maisons.

  • Dératiser régulièrement: nourriture empoisonnée pour campagnols et mulots (vendue dans les jardineries) à disposer en tas de 20 à 30 grammes le long des murs et à renouveler tant qu’ils sont consommés; pièges (tapettes classiques) appâtés avec un morceau de carotte.

  • Éviter que les campagnols et mulots n’entrent dans les maisons en appliquant des mesures simples: conserver les aliments dans des endroits clos inaccessibles aux rongeurs; empêcher l’accès des rongeurs dans les habitations; éliminer les abris utilisables par les rongeurs.

  • Favoriser un diagnostic précoce en cas d’infection: devant une fièvre, accompagnée ou non de frissons, de céphalées, de douleurs musculaires ou dorsales, éventuellement de troubles de la vision, et survenant dans les deux mois suivant une activité en forêt ou la manipulation de bois ou le nettoyage d’une pièce laissée longtemps inhabitée, en particulier dans les zones géographiques touchées, il est important de consulter un médecin en lui signalant cette activité ou le contact possible avec un rongeur ou ses excréta.

(apn/J.Z)

Ton opinion