20.11.2020 à 09:50

FribourgHarcèlement de rue: sa plainte a été entendue

Un quadragénaire aux mains baladeuses vient d’être condamné par la justice, malgré l’absence de preuves et de témoin.

von
Xavier Fernandez
En sortant de la gare, une jeune apprentie a été victime du comportement déplacé d’un collègue. (Photo d’illustration)

En sortant de la gare, une jeune apprentie a été victime du comportement déplacé d’un collègue. (Photo d’illustration)

Keystone

Selon des études menées à Lausanne et à Fribourg, environ trois quarts des femmes ont subi une forme de harcèlement sexuel dans la rue. Et c’est d’autant plus vrai pour la tranche des 16-25 ans. Mais les plaintes demeurent rares, de crainte de ne pas être entendues ou de représailles, voire à cause de l’absence de preuves. Une jeune apprentie du sud fribourgeois a quant à elle finalement décidé de franchir le pas, et sa plainte n’est pas restée lettre morte.

En décembre dernier, alors qu’elle marchait le long du quai de la gare de Châtel-Saint-Denis (FR), un collègue s’est adressé à elle en lui disant qu’elle avait un cul qui l’excitait. La jeune femme l’a repoussé et a continué son chemin, en direction de son travail. Le quadragénaire, qui marchait derrière elle, s’est alors rapproché, et lui a touché un sein d’une main et les fesses de l’autre. Une nouvelle fois, elle l’a repoussé. Mais, avant d’arriver à destination, l’homme lui a encore proposé une relation sexuelle.

Une semaine plus tard, elle a déposé une plainte. Auditionné, son collègue a nié les faits. Mais le procureur a décidé de «faire foi aux déclarations de la victime, estimant, d’une part, qu’elle n’avait pas d’intérêt à inventer de tels faits et, d’autre part, qu’elle a fait ses déclarations sur la demande insistante d’une de ses collègues qui avait constaté que la jeune femme ne semblait vraiment pas bien ce jour-là». L’homme a donc été condamné à une amende de 500 fr. pour désagréments causés par la confrontation à un acte d’ordre sexuel. À noter que le quadragénaire, de son côté, avait déposé une plainte pour diffamation. Elle a été classée par le Tribunal des mineurs.

21.03.2019 L’association EyesUp lance une campagne de crowdfunding pour financer la première application suisse contre le harcèlement sexuel. Le comédien campe un harceleur.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!