Actualisé 15.12.2015 à 11:00

ThurgovieHaro sur des avertisseurs de radars sur Facebook

Des utilisateurs du réseau social se sont rassemblés pour s'avertir des radars et des contrôles dans la région. Illégal, les a avertis la police cantonale.

de
Pascal Schmuck, Zurich
Il est illégal en Suisse d'annoncer les sites de radar ou des contrôles de police.

Il est illégal en Suisse d'annoncer les sites de radar ou des contrôles de police.

Keystone/

Ces utilisateurs thurgoviens d'un groupe Facebook ne s'attendaient sûrement pas à recevoir une convocation de la police cantonale. Ils postaient sur le réseau social des photos d'installations radar ou de contrôles routiers.

Or cette pratique est illégale, a expliqué la police cantonale. Elle a donc demandé à s'entretenir avec des membres du groupe pour leur rappeler la loi, a raconté l'administratrice du groupe. Cette dernière s'est vue demander pourquoi elle annonçait les contrôles routiers sur Facebook.

Il reste encore des lacunes

«J'ai expliqué que nous n'avions aucune mauvaise intention et que nous ne faisions aucune annonce publique puisque notre groupe est fermé», a souligné l'administratrice à 20 Minuten.

Les forces de l'ordre ont par ailleurs été incapables de dire à partir de combien de personnes un groupe fermé est considéré comme public. La définition légale est pour le moment inexistante. Le groupe Facebook en question compte un peu plus de 3000 personnes.

Autre canton, autres pratiques

Il est toutefois très probable que l'administratrice récolte une amende, pour sa plus grande incompréhension. La police thurgovienne a confirmé son action sur le réseau social. «Nous avons constaté que ces services étaient toujours plus utilisés pour s'avertir mutuellement des contrôles de police», a indiqué son porte-parole Daniel Metzler.

Le phénomène a pris une telle dimension qu'il a nécessité une action. Les personnes convoquées sont ensuite dénoncées au Ministère public, en respect de l'article 98a de la Loi fédérale sur la circulation routière. Qui punit d'une amende «quiconque adresse des avertissements publics aux usagers de la route concernant les contrôles officiels du trafic».

Les cantons voisins sont conscients de l'existence de tels groupes sur Facebook. «Nous les avons à l'oeil mais nous ne prévoyons pas pour le moment d'agir», a déclaré Hanspeter Krüsi, porte-parole de la police cantonale de Saint-Gall.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!