Harry Potter parti pour battre tous les records de vente
Actualisé

Harry Potter parti pour battre tous les records de vente

Londres - Le 7e et dernier tome de la saga Harry Potter, disponible dans le monde entier depuis samedi, est en passe de battre tous les records de vente.

L'éditeur britannique Bloomsbury table sur plus de 3 millions de livres écoulés en Grande-Bretagne pour la seule journée de samedi.

«Harry Potter et les reliques de la mort», point d'orgue d'une saga dont les six premiers tomes se sont déjà vendus à 325 millions d'exemplaires, devrait selon l'éditeur pulvériser le record détenu par ... le 6e épisode de la série «Harry Potter et le prince de Sang-Mêlé» (2 millions de livres vendus le jour de la sortie).

Aucun chiffre officiel de l'éditeur n'était disponible dimanche en milieu de journée. Mais les premières indications données samedi donnent une idée de l'ampleur du phénomène d'édition: la chaîne de librairies WH Smith a vendu l'équivalent de 15 livres par seconde dans les heures qui ont suivi la levée de l'embargo, samedi à 00h01 (heure locale).

Evénement mondial

Pour la sortie de ce pavé de 607 pages, des fans du monde entier avaient fait le déplacement en Grande-Bretagne, terre natale de cette série au succès planétaire inventée par la Britannique J.K. Rowling.

A la librairie Waterstone's à Piccadilly, au centre de Londres, l'une des plus importantes du pays, pas moins de 7000 aficionados, souvent affublés de chapeaux de sorciers, ont accueilli avec des cris de joie et des embrassades l'ouverture des portes à minuit.

Pendant ce temps, J.K. Rowling a lu pendant une vingtaine de minutes le début de son 7e livre - son préféré, a-t-elle révélé sur son site - au musée d'Histoire naturelle de Londres devant 500 personnes survoltées tirées au sort en juin.

Aussi en Suisse

De Tokyo à Paris, de Moscou à Montréal, des milliers de fans se sont rués sur la version anglaise, sans attendre la traduction dans leur langue. Dimanche, l'»Independent» on Sunday avance une estimation non-officielle de 20 millions de livre vendus dans le monde samedi.

Les librairies helvétiques ont également été prises d'assaut. En Suisse romande, elles ont ouvert aux aurores samedi. A Genève et Lausanne, des dizaines de personnes attendaient devant les portes de principaux magasins avant l'ouverture. Des fêtes nocturnes avec parfois des spectacles de magie ont été organisées dans plusieurs librairies alémaniques ouvertes spécialement à 01h01.

L'enthousiasme des inconditionnels n'a pas semblé entamé par les fuites publiées dans la presse et sur internet ces derniers jours, qui ont largement éventé le dénouement, pourtant gardé secret par l'éditeur au moyen d'impressionnantes mesures de sécurité.

Plus qu'un livre

Harry Potter «n'est pas un livre, c'est une marque, une franchise, un événement», relève le rédacteur en chef littéraire de l'»Observer», Robert McCrum. Il salue l'habileté narrative de Mme Rowling et son sens du détail. Tout au plus, relève-t-il quelques «personnages en carton», des «paragraphes insipides» ici et là, quelques «dialogues lourdauds».

«Les messages de ce livre sont d'une part que le bien et le mal ne sont pas toujours bien délimités, et, de façon plus douteuse, que mourir n'est peut-être pas si compliqué, 'c'est plus rapide et facile que de s'endormir'», commente pour sa part le «Sunday Times».

Mme Rowling a toujours affirmé que «Harry Potter et les reliques de la mort» mettrait un point final à la saga lancée il y a dix ans. Elle n'a toutefois pas formellement exclu un nouveau livre sur l'univers Potter.

L'écrivain, aujourd'hui plus riche que la reine d'Angleterre, va entamer en octobre une tournée promotionnelle aux Etats-Unis. C'est dans ce pays, en Floride, qu'ouvrira fin 2009 le premier parc d'attraction consacré au monde magique de l'apprenti-sorcier. Les deux derniers films tirés de la saga devraient voir le jour dans les prochaines années.

(ap)

Ton opinion