25.10.2020 à 17:00

CyclismeHart gagne le duel final du Giro

L’Anglais Tao Geoghegan Hart, à égalité de temps avec l’Australien Jai Hindley au départ de la dernière étape, a remporté son premier grand tour.

Tao Geoghegan Hart pose avec le trophée et le maillot rose devant le Dôme de Milan.

Tao Geoghegan Hart pose avec le trophée et le maillot rose devant le Dôme de Milan.

Keystone

Le Britannique Tao Geoghegan Hart (Ineos) a remporté à 25 ans le Tour d’Italie, dimanche à Milan, devant son rival, l’Australien Jai Hindley (Sunweb), 2e à 39 secondes alors qu’ils n’étaient séparés que par 86 centièmes en début de journée.

La 21e étape, un contre-la-montre de 15,7 kilomètres, est revenue à l’Italien Filippo Ganna, champion du monde de la discipline qui a enlevé les trois chronos de ce Giro 2020.

Ganna, vainqueur à plus de 54 km/h de moyenne, a apporté un septième succès à la formation britannique Ineos qui a remporté le tiers des étapes de l’épreuve malgré l’abandon dès le troisième jour de course de son chef de file, le Gallois Geraint Thomas.

Court suspense

Dans une course riche en premières, – puisque deux coureurs ne s’étaient jamais présentés encore au départ de la dernière étape du Giro à égalité de temps –, Geoghegan Hart a endossé son premier maillot rose le dernier jour de course, à l’arrivée à Milan.

Entre Hindley et Geoghegan Hart, à égalité de temps au départ des 15,7 kilomètres, le suspense n’a duré que quelques instants. Hindley, qui portait le maillot rose, avait déjà lâché 22 secondes au pointage intermédiaire, après 10,3 kilomètres.

Hindley, 24 ans, devient toutefois le premier Australien à figurer sur le podium du Giro.

Geogeghan Hart, 25 ans, est le deuxième Britannique à gagner la course centenaire, créée en 1909, deux ans après Chris Froome, qui avait réussi un incroyable renversement de situation à deux jours de l’arrivée en 2018.

Victoire d’un lieutenant

Tao Geoghegan Hart.

Tao Geoghegan Hart.

AFP

Depuis ses débuts professionnels en 2017, dans l’équipe Sky devenue Ineos, le Londonien comptait seulement deux succès d’étape au Tour des Alpes 2019. Jusqu’à présent, il était cantonné à un rôle de lieutenant pour ses leaders.

Pour Ineos, de loin l’équipe la plus riche du peloton, la performance a valeur de revanche partielle après son cinglant échec du Tour de France. Le vainqueur sortant, le Colombien Egan Bernal, désigné leader unique, avait dû abandonner dans la troisième semaine.

Au classement final du Giro, le Néerlandais Wilco Kelderman a pris la troisième place, à 1’29’’ du vainqueur, et le Portugais Joao Almeida, longtemps leader de l’épreuve, la quatrième.

Malgré le coronavirus

Cette 103e édition du Giro a pu aller jusqu’à son terme malgré la forte recrudescence des cas de Covid-19 en Italie, à l’image du reste de l’Europe.

Plusieurs coureurs, dont deux candidats au podium (S. Yates, Kruijswijk), ont été positifs au coronavirus et deux équipes (Mitchelton, Jumbo) ont choisi de se retirer avant la mi-parcours. Mais la course a pu avoir lieu au prix de mesures drastiques, notamment l’absence de public à l’arrivée pour saluer le vainqueur final devant le Dôme de Milan.

(AFP)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
2 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

JF

25.10.2020 à 18:02

Un Romand sur le podium mais rien dans vos écrits ... bravo...