Technologie: Hausse des commandes de 9% en 2010
Actualisé

TechnologieHausse des commandes de 9% en 2010

Le groupe industriel zurichois Sulzer a vu l'an passé ses entrées de commandes progresser de 9%, à 3,3 milliards de francs.

La performance est à mettre sur le compte d'acquisitions et du redressement des branches automobile, du papier et de la cellulose notamment.

Ces secteurs ont retrouvé leur plus haut niveau d'avant la crise, a relevé jeudi le groupe établi à Winterthour (ZH). Corrigée des effets de change et des acquisitions, la hausse s'est inscrite à 7,5% au regard de 2009.

Seul le secteur des pompes (Sulzer Pumps), activité principale de la société, a vu ses ordres se contracter, de 4,2% à 1,6 milliard de francs. Une amélioration sur le marché du pétrole et du gaz est attendue.

Les entrées de commandes pour la division Sulzer Metco, spécialisée dans le traitement de surfaces, ont en revanche grimpé de 17,9% à 643,1 millions de francs. La demande dans la branche automobile de même que dans l'industrie en général a significativement progressé, note Sulzer. Elle s'est révélée particulièrement forte du côté des continents asiatiques et américains.

Active dans les équipements destinés aux industries chimique, pétrolière et gazière, la division Sulzer Chemtech a vu ses ordres croître de 24,7% à 621,3 millions de francs. L'activité dans le domaine des hydrocarbures s'est redressée, et de nombreux clients ont procédé à des investissements plus importants.

Légère progression en 2011

Quant à la demande pour Sulzer Turbo Services, division axée sur les services et la maintenance de turbines, elle a bondi de 43,9% à 400,4 millions de francs. Cela, en raison principalement de l'acquisition de Dowding & Mills, société britannique qui fournit des services d'entretien et de réparation pour les générateurs et les moteurs.

L'activité dans cette branche a fortement progressé en Amérique du Nord et du Sud ainsi que dans la zone Asie-Pacifique. En Europe, elle s'est montrée soutenue grâce à des effets d'acquisition.

Pour l'année en cours, le groupe prévoit des entrées de commandes légèrement supérieures à leur niveau de 2010. Des effets de change négatifs sont à prévoir en raison de la vigueur du franc. Mais, au vu de sa production et de son réseau de services mondiaux, Sulzer ne craint pas pour sa rentabilité. (ats)

Ton opinion