Suisse: Hausse des poids lourds en cas d'arrêt du ferroutage
Actualisé

SuisseHausse des poids lourds en cas d'arrêt du ferroutage

Près de 80'000 camions pourraient revenir sur la route si leur transport par le rail n'était pas reconduit, indique un audit.

Le Parlement devra se prononcer l'année prochaine sur la poursuite ou non du soutien financier de la Confédération à la chaussée roulante.

Le Parlement devra se prononcer l'année prochaine sur la poursuite ou non du soutien financier de la Confédération à la chaussée roulante.

Keystone

Si la Suisse abandonne le ferroutage, soit le transport par le rail des camions en transit, 77'000 poids lourds retourneront sur la route. La poursuite de cette offre après 2024 est justifiée, mais elle comporte des risques économiques, estime le Contrôle fédéral des finances (CDF).

Le Parlement devra se prononcer l'année prochaine sur la poursuite ou non du soutien financier de la Confédération à la chaussée roulante. Il décidera de la couverture des coûts à partir de 2024 ainsi que de l'achat de nouveau matériel roulant et d'investissements dans les terminaux de chargement. En 2016, la subvention fédérale s'est montée à 35 millions de francs.

Dans son rapport publié jeudi, le Contrôle fédéral des finances estime qu'après 2024 le ferroutage pourrait ne plus couvrir ses coûts sans subventions. Certes, l'ouverture d'un corridor de quatre mètres sur la ligne du Gothard permettra de diminuer substantiellement les coûts d'exploitation dès 2021, estime le CDF.

La capacité des trains, qui pourront être plus longs, augmentera de presque 50%. L'achat de trains modernes améliorera l'efficacité du chargement des wagons et fera baisser les frais d'entretien.

Mais des incertitudes demeurent concernant l'évolution de ce mode de transport à moyen terme. Il manque notamment des sites pour réaliser les terminaux de chargement nécessaires sur l'axe du Gothard, dans la vallée du Rhin supérieur en Allemagne et la région de Milan.

Le CDF recommande à l'OFT et au Conseil fédéral d'indiquer clairement les coûts d'investissement dans le nouveau matériel roulant et la manière de les financer dans le message au Parlement en 2019.

Accepté en 1994

En acceptant l'Initiative des Alpes en 1994, le peuple suisse a obligé la Confédération à protéger l'arc alpin des effets négatifs du trafic de transit. Dès cette année, seuls 650'000 poids lourds au maximum auront le droit de franchir les Alpes. Selon les données de l'OFT, leur nombre était de 975'000 en 2016.

Entre 2011 et 2016, seul 5% du transport des marchandises a été effectué par les trains de la chaussée roulante. Ceux-ci ont permis de délester de 10% le nombre de camions transitant dans les Alpes par la route. En prenant en compte le poids des marchandises transportées, ils ont décongestionné les routes de 13%. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion