Geberit: Hausse des ventes mais recul du bénéfice
Actualisé

GeberitHausse des ventes mais recul du bénéfice

Geberit a nettement augmenté son chiffre d'affaires au 1er trimestre 2015.

Toutefois, notamment en raison d'effets exceptionnels négatifs liés au rachat du fabricant Sanitec consolidé au 1er février, le bénéfice du spécialiste saint-gallois des techniques sanitaires recule sur cette période.

L'acquisition du céramiste finlandais Sanitec a eu des effets négatifs de 10,8 millions sur le résultat opérationnel et de 14,5 millions sur le résultat net, a indiqué mardi le groupe dans un communiqué. Les activités de Sanitec sont à plus faibles marges, précise-t-il.

Le bénéfice net ajusté du 1er trimestre a diminué sur un an de 4,8% à 135,1 millions de francs. Non ajusté, le résultat net recule même de 15% à 120,6 millions. Le résultat d'exploitation est en baisse de 0,4% à 162,6 millions. Non ajusté, la diminution se chiffre à 7%.

Ces résultats ont déçu les analystes. A la Bourse suisse, l'action ouvrait en nette baisse dans un marché en léger recul.

Le rachat de Sanitec a aussi permis de faire croître le chiffre d'affaires de 14,9% à 636,6 millions de francs. Corrigée des effets monétaires et de l'acquisition, la progression n'est plus que de 2%. Geberit se réjouit que les ventes aient pu croître, en dépit du franc fort et de conditions de marché difficiles dans de nombreux marchés européens.

Toutes les régions ont contribué à la croissance des ventes. La plus grande région Europe a enregistré, au plan organique et en monnaies locales, une progression de 1%. Les régions Proche-Orient/Afrique ( 22,4%), Amérique ( 12,3%) et Extrême Orient/Pacifique ( 11,3%) ont pour leur part connu un développement à deux chiffres. La contribution de Sanitec sur le trimestre a représenté 123,6 millions.

Le céramiste finlandais doit permettre à Geberit d'élargir sa gamme de produits. Spécialisée dans les produits en céramique pour salles de bains, Sanitec fabrique des lavabos, WC ou encore des bacs à douche sur le segment haut de gamme. L'intégration des activités de Sanitec va être la priorité de Geberit, a précisé le groupe dans ses perspectives.

Il s'attend à ce que le marché de la construction reste difficile à moyen terme, bien qu'il se dise bien équipé pour faire face à ces défis. En Europe, à l'exception de quelques marchés comme l'Allemagne, la Suisse, le Royaume Uni et la Pologne, aucune reprise n'est en vue, selon Geberit.

Un défi

En matière de perspectives, la direction fait savoir que les prévisions délivrées en mars à l'occasion de la publication des résultats annuels du groupe «ont peu changé». Dépasser les «très bons résultats» de l'année précédente constituera un «défi», a-t-elle encore indiqué, tout en précisant optimiser en permanence la structure des coûts.

Geberit entend minimiser autant que possible les effets de change. Dans les différentes zones monétaires, les coûts doivent évoluer dans la même proportion que les chiffres d'affaires. Depuis le 1er février, Geberit a par ailleurs introduit sur le marché suisse un rabais monétaire de 10% suite à la décision de la Banque nationale suisse (BNS) d'abolir le taux plancher de l'euro.

En 2014, Geberit a affiché une rentabilité record. Le groupe a dégagé un bénéfice net de 498,6 millions de francs, 14,4% de plus qu'un an auparavant. Le chiffre d'affaires s'est inscrit à 2,4 milliards de francs, en progrès de 4,9% par rapport à l'exercice précédent. (ats)

Ton opinion