Hausse du prix des clopes: des vendeurs attaquent l'Etat

Actualisé

Hausse du prix des clopes: des vendeurs attaquent l'Etat

La hausse des prix du tabac coûte cher... y compris à des buralistes, qui attaquent l'Etat.

Ils réclament 300 000 euros (près de 470 000 fr.) de dédommagement, une première en France. Le quotidien Le Figaro raconte la grogne des époux Hurdrel, propriétaires de La Maison du Cadeau, à Calais. Ils ont attaqué l'Etat afin de lui demander «réparation pour le préjudice subi depuis l'augmentation des prix du tabac».

Annick Hurdrel et son mari ont racheté le commerce en 2002, un investissement de plusieurs centaines de milliers d'euros qu'ils estiment d'abord heureux. Confirmation avec Patrick Brice, représentant local de la profession, cité par Le Figaro: «C'était l'une des cinq plus grosses enseignes de France.» Tout cela grâce aux voisins britanniques qui traversent la Manche pour s'approvisionner là où le tabac est moins cher.

Or, avec les hausses successives des tarifs dès 2003 dans le cadre de la lutte contre le tabagisme, cette clientèle aurait pratiquement disparu. «C'est pourquoi nous demandons à l'Etat de réparer ce préjudice, soit ce que nous avons payé pour acheter le débit», justifie M. Hurdrel. Toutefois, selon un représentant de l'Etat interrogé par le journal, «tout buraliste qui achète un fonds de commerce accepte le risque d'une hausse du prix du tabac». Sans compter, ajoute-t-il, que d'autres débits de la ville peuvent tout autant revendiquer la même perte.» C'est la première fois qu'un tribunal est saisi d'une telle requête. Qui pourrait, du coup, faire jurisprudence.

(gna)

Ton opinion