Salaires des cadres: Hausse pour les directeurs de la Poste et la SSR

Actualisé

Salaires des cadresHausse pour les directeurs de la Poste et la SSR

Les directeurs des grandes entreprises suisses ne connaissent pas le même sort sur le plan salarial.

Certains directeurs suisses ont les poches pleines.

Certains directeurs suisses ont les poches pleines.

Le salaire du directeur des CFF Andreas Meyer est descendu sous la barre du million de francs l'an dernier, en reculant de 5% par rapport à l'exercice précédent. Les patrons de La Poste suisse et de la SSR ont par contre touché davantage qu'en 2009.

CEO du géant jaune, Jürg Bücher a gagné 903'384 francs, lit-on dans le rapport annuel sur la rémunération des cadres des entreprises et établissements de la Confédération approuvé mercredi par le Conseil fédéral. En 2009, les revenus de ses prédécesseurs Ulrich Gygi et Michel Kunz s'étaient montés à 789'101 francs.

Le salaire de base de Jürg Bücher est passé de 524'583 à 550'000 francs. Il est plus élevé que celui de Michel Kunz en raison de sa double fonction de directeur général du groupe et de responsable de PostFinance, explique le rapport.

Ses bonifications ont également progressé. Elles ont atteint 297'175 francs, contre 200'278 francs un an auparavant. Cette augmentation s'explique notamment par les «excellents résultats tant du groupe que de ses différentes unités», justifie le Conseil fédéral. Les prestations annexes ont passé de 55'120 à 56'209 francs.

Indemnité de départ

Quant à Michel Kunz, il a touché des indemnités de départ de 516'326 francs. Il n'a passé que neuf mois à la tête de l'ancienne régie fédérale.

Chez les CFF, Andreas Meyer a reçu 956'957 francs en 2010, contre 1,007 million de francs un an plus tôt. Son salaire général diminue pour la troisième année consécutive.

Le salaire de base du patron des CFF est resté stable, à 540'000 francs. Par contre, ses boni ont passé de 357'105 à 301'752 francs. Parallèlement, avec 115'205 francs, ses prestations annexes ont été légèrement revues à la hausse (2009: 110'340). Cette progression correspond aux «tarifs de faveur accordés aux membres de sa famille».

BMW

Lors de son dernier exercice comme directeur général de la SSR, Armin Walpen a reçu 616'797 francs, après en avoir gagné 576'371 l'année précédente. Comme en 2009, il n'a pas touché de boni et son salaire est resté stable, à 512'800 francs. Mais ses prestations annexes, qui englobent sa voiture de service, ont fortement progressé de 55'023 à 90'168 francs.

Le Conseil fédéral a récemment reconnu qu'Armin Walpen a reçu un «rabais particulier» de 35'000 francs pour sa voiture de service. La conseillère nationale Natalie Rickli (UDC/ZH) s'était indignée qu'en plus de son salaire, le Valaisan a touché l'an dernier une telle somme pour une BMW qu'il a pu conserver après sa retraite.

La SSR a modifié ses directives. De telles indemnités ne seront plus possibles à l'avenir.

RUAG

Chez RUAG, Lukas Braunschweiler a encaissé au total 806'028 francs. En 2009, le patron du groupe d'armement en mains de la Confédération et son prédécesseur Toni Wicki, qui ont tenu l'un après l'autre les rênes de l'entreprise, avaient gagné à eux deux 779'986 francs.

Le chef de la caisse nationale d'assurance Suva affiche quant à lui une rémunération quasi-inchangée de 547'826 francs. Celui de Skyguide a engrangé 483'188 francs, contre 515'125 lors de l'exercice précédent.

Le patron de l'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA) a vu ses revenus légèrement diminuer, de 542'8000 à 541'468 francs. Celui du Centre de production de la télévision alémanique, le tpc à Zurich, a enregistré un salaire de 390'129, contre 392'225 en 2009. Pour les autres patrons, les montants totaux sont inférieurs à 350'000 francs. (ats)

Ton opinion