Sports extrêmes: Haut dans le ciel zurichois
Actualisé

Sports extrêmesHaut dans le ciel zurichois

La 20e édition de freestyle.ch se tient ce week-end. Mat Rebeaud et Iouri Podladtchikov sont attendus.

par
Laurent Morel
Le festival réunit quelques-uns des meilleurs freestylers du monde dans plusieurs disciplines

Le festival réunit quelques-uns des meilleurs freestylers du monde dans plusieurs disciplines

«Nous avons tout mis en œuvre pour faire de cet anniversaire une immense fête populaire», se réjouit Adrian Haut, porte-parole de la manifestation. Pour ses 20 ans, le plus grand rendez-vous du genre en Europe a mis les petits plats dans les grands. Certains des meilleurs représentants mondiaux des sports extrêmes seront à Zurich.

Jeudi, le terrain de Landiwiese, au bord du lac, était encore en plein chantier. Mais les immenses structures seront prêtes samedi pour les premiers sauts. La session de la soirée, où les riders de mountain bike, les motards FMX, les skieurs et les snowboarders s'entrecroiseront sur les différentes rampes, promet beaucoup. Les champions olympiques de half-pipe Gian Simmen et Iouri Podladtchikov seront de la partie. «Pour moi, tout a commencé ici, raconte le vainqueur des JO de Sotchi, un fidèle de l'événement. Je venais déjà comme spectateur quand j'avais 8 ans.» Le freestyler originaire de Russie se rappelle avoir fait des pieds et des mains pour obtenir un autographe de la légende du skateboard Tony Hawk, présente à Zurich.

Mat Rebeaud espère pour sa part défendre son titre en FMX. Le Vaudois de 32 ans tentera d'être le 1er pilote à s'imposer deux ans d'affilée. Il connaît bien le festival puisqu'il y participe depuis plus de dix ans. «Ce que j'apprécie beaucoup, c'est que plusieurs sports sont réunis sur un seul site», précise le Payernois. Avec le spécialiste de mountain bike «dirt» Jonas Turin (21 ans, ci-contre), il sera le seul Romand en lice

Jonas Turin, spécialiste de Mountain Bike: «Y aller, cest une petite consécration»

«Je me suis lancé dans le vélo vers 4 ou 5 ans. Cétait moins cher que le motocross. Depuis lâge de 12 ans, japprécie plus le saut que la course (bicross). Au début, il ny avait pas beaucoup de pistes en Suisse. Mais ça a changé. Pour moi, aller à Zurich, cest une petite consécration. Je veux vraiment prendre un maximum de plaisir. Lobjectif est datteindre la finale. Pour cela, je devrai passer une nouvelle figure, car tout se joue sur un seul saut. Lidée est de progresser pour disputer plus de courses à l'étranger quactuellement. La compétition sera aussi loccasion de rencontrer des personnes du milieu.»

Ton opinion