Actualisé 21.02.2014 à 09:04

Bob à quatreHefti peut prendre tous les risques

C'est l'esprit libéré que l'Appenzellois abordera l'épreuve de bob à quatre, samedi et dimanche. Il peut prendre tous les risques après avoir fait le plus dur en glanant l'argent dans l'épreuve de bob à deux.

La pression qui pesait sur le pilote et son équipier Alex Baumann était énorme avant la compétition de bob à deux. Les deux hommes constituaient l'atout no 1 du bob helvétique, qui était reparti bredouille de Vancouver en 2010, une première dans des Jeux depuis 1964.

Le couac de 2010 est désormais effacé. La Fédération suisse (Swiss Sliding), qui espérait conquérir une médaille pour attirer les sponsors et les futurs bobeurs, peut respirer. Tout ce qui se produira samedi et dimanche ne sera que du bonus.

Beat Hefti (36 ans) est conscient que ses chances de s'illustrer sont plus minces en bob à quatre qu'en «boblet». Il estime cependant que tout sera possible dans une épreuve où les écarts seront selon lui réduits. «Certains équipages peuvent terminer au 3e comme au 12e rang. Nous faisons certainement partie de ceux qui peuvent se battre pour une place sur le podium», assure-t-il.

Directeur technique de Swiss Sliding, Ivo Rüegg partage ce sentiment. «Ils peuvent évoluer sans pression, et pourront donc attaquer sans arrière-pensée», souligne le champion du monde 2009 de bob à deux.

Un homme sera cependant sous pression dans le bob helvétique. Longtemps sur la touche cette saison en raison d'une blessure, cantonné à un rôle de spectateur en bob à deux, le Bernois Thomas Lamparter (35 ans) disputera peut-être la dernière grande compétition de sa carrière ce week-end.

«Cette médaille d'argent fut positive pour toute l'équipe. Je sais d'expérience que nous réussissons d'habitude de bonnes choses à quatre lorsque nous avons brillé auparavant en bob à deux», lâche l'habituel pousseur/freineur de Beat Hefti, résolument optimiste. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!