Actualisé 18.12.2013 à 13:45

Cyclisme

Hein Verbruggen nie avoir couvert Lance Armstrong

L'ancien président de l'Union cycliste internationale Hein Verbruggen a réfuté mercredi les propos d'Armstrong, qui l'accuse de l'avoir couvert lors d'un contrôle antidopage.

Hein Verbruggen, ancien président de l'Union cycliste internationale, a laissé entendre le mois dernier que le Néerlandais l'avait couvert lors d'un contrôle positif en 1999 en antidatant une prescription pour une crème antidouleur. Suspendu à vie et privé de tous ses titres acquis depuis 1998, dont sept sacres dans le Tour de France, Lance Armstrong a été accusé par l'Agence américaine antidopage (Usada) d'avoir bénéficié «du programme de dopage le plus sophistiqué, professionnel et réussi jamais vu dans le monde du sport».

Rapport comme preuve

Dans un entretien accordé au «Daily Telegraph», Hein Verbruggen estime que l'ancien cycliste a détruit sa réputation. Il souligne qu'un rapport prouve qu'il n'a pu couvrir un éventuel test positif puisque la crème utilisée par Lance Armstrong à l'époque était autorisée. «Jamais je n'ai dit au cours d'une conversation que nous devions nous occuper de couvrir ça», se défend le Néerlandais. «Comment aurais-je pu m'occuper de quelque chose qui était connu du laboratoire, du Ministère français (ndlr: qui a conduit ces tests), de l'UCI et de tous ses responsables antidopage? C'est ridicule», poursuit-il.

Intérêts et vérité

«A présent, je vois que je fais partie d'une industrie, qui s'appellerait l'industrie Lance Armstrong», ajoute-t-il, en rappelant que son seul intérêt est de «dire la vérité». «Certains en font des films maintenant. Tout cela fait partie d'une industrie dans laquelle beaucoup de personnes ont un intérêt, et cet intérêt n'est manifestement pas de connaître la vérité.» (si)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!