Actualisé

TennisHeinz Günthardt: «Tout est ouvert»

La composition de l'équipe de Suisse ce week-end à Palexpo pour le 1er tour de Fed Cup face à la France peut réserver des surprises.

Heinz Günthardt.

Heinz Günthardt.

Keystone

«Tout est ouvert. J'ai encore des choix difficiles à opérer !» Heinz Günthardt entretient le suspense. La méforme de Belinda Bencic (WTA 81), incapable de gagner cette année un seul match officiel sur le Circuit, bouleverse quelque peu la donne dans l'équipe de Suisse. Héroïne l'an dernier du quart de finale de Leipzig contre l'Allemagne, la Saint-Galloise traverse les heures les plus sombres de sa carrière. Elle risque, en effet, de perdre lundi prochain sa place dans le top 100 de la WTA une fois que l'ordinateur aura biffé les points qui avaient récompensé son accession l'an dernier en finale du tournoi de Saint-Petersbourg.

Brillante en demi-finale à Lucerne face à la République tchèque, Viktorija Golubic (WTA 63) postule à une place de titulaire en simple. Seulement, la Zuichoise, elle aussi, présente un bilan négatif en 2017: trois défaites en trois rencontres.

«Les joueuses ont compris la règle du jeu, souligne Heinz Günthardt. J'ai vraiment le choix. Il reste à faire le bon. Même Timea Bascinszky n'est pas sûre de jouer samedi. Je prendrai ma décision jeudi soir. Les derniers entraînements compteront...» Malgré la prudence d'usage du capitaine, il est toutefois acquis que Timea Bacsinszky (WTA 16) sera le no 1 de l'équipe. La question est de savoir quelle joueuse Heinz Günthardt enverra au front samedi face à Kristrina Mladenovic, le no 1 tricolore qui vient de remporter à Saint-Petersbourg dimanche le premier titre de sa carrière: Belinda Bencic, sa meilleure amie sur le Circuit, ou Viktorija Golubic ? Une Belinda Bencic qui peine à retrouver la flamme qui avait été la sienne il y a douze mois, ou une Viktorija Golubic également en panne de confiance mais qui a démontré à Lucerne et à Gstaad que le fait de jouer à domicile pouvait la sublimer ?

«Au-delà des choix que je suis appelé à faire, j'ai la conviction que cette rencontre ne se jouera pas à grand chose, poursuit Heinz Günthardt. Pour gagner, il nous faudra un peu de chance. La chance qui bascule du bon côté sur une balle de break...» Le capitaine sait parfaitement que le vainqueur de cette rencontre aura déjà mis un pied en finale. En cas de succès, la Suisse affrontera, en effet, en avril prochain le vainqueur de la rencontre entre la Biélorussie et les Pays-Bas. On précisera que la Biélorussie doit composer sans Viktoria Azarenka qui vient de découvrir les joies de la maternité, et que les Pays-Bas ne comptent dans leurs rangs qu'une seule joueuse du top 100 en la personne de Kiki Bertens (WTA 24).

«Le Groupe mondial ne réunit que huit équipes, souligne Heinz Günthardt. Ce Suisse - France est, ainsi, déjà un quart de finale. Et pour moi si tu es en quart de finale, cela signifie que tu as une chance de gagner le titre. Nous pouvons battre n'importe quelle équipe !» (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!