Heinz Inniger: un personnage atypique aux ambitions claires et précises
Actualisé

Heinz Inniger: un personnage atypique aux ambitions claires et précises

Rencontré à Berne, Heinz Inniger livre ses impressions avant le début de la Coupe du monde, vendredi à Landgraaf (PB).

– Heinz, quels sont vos objectifs pour cette saison?

– Mon principal but est évidemment de me qualifier pour les championnats du monde d'Arosa (du 13 au 20 janvier). Une fois l'écueil des sélections internes passé, j'essaierai de passer les qualifications avant de faire mon possible pour décrocher une médaille. En Coupe du monde, l'objectif minimal sera de faire aussi bien que l'an dernier (ndlr : 3e au classement général).

– La Suisse possède un impressionnant réservoir d'athlètes d'excellent niveau. Comment vivez-vous cette concurrence ?

– Très bien. Elle nous force à systématiquement nous améliorer, à nous surpasser. Nous luttons les uns contre les autres, mais l'ambiance est excellente et cela nous oblige à produire des performances de top niveau.

– Néanmoins, il n'y aura que quatre places à disposition pour Arosa...

– Oui, c'est le point négatif. Evidemment, pour au moins quatre athlètes capable de faire une médaille, ce sera dur car ils ne pourront pas prendre part à des Mondiaux à la maison. C'est dommage, mais c'est comme ça.

– Pour parvenir à remplir vos objectifs, vous êtes-vous assuré les services d'un préparateur mental ?

– Non, j'essaie simplement de prendre du plaisir et de m'enthousiasmer sur les pistes. En fait, je suis un chrétien engagé. La foi me donne la force et la paix nécessaires pour venir à bout de toutes les situations. Cette certitude me permet d'aborder en toute sérénité les qualifications et les duels.

Marc Fragnière, de retour de Berne.

Ton opinion