Syrie: Hélicoptère russe abattu dans le nord-ouest du pays
Actualisé

SyrieHélicoptère russe abattu dans le nord-ouest du pays

Un appareil participant à une opération humanitaire à Alep a été abattu lundi, selon le ministère russe de la Défense. Les cinq passagers ont trouvé la mort.

«Le 1er août, dans la province d'Idleb, des tirs provenant du sol ont abattu un hélicoptère de transport militaire Mi-8 alors qu'il revenait à la base aérienne de Hmeimim après avoir livré de l'aide humanitaire dans la ville d'Alep», a déclaré le ministère russe de la Défense dans un communiqué cité par les agences russes. «A bord de l'hélicoptère se trouvaient trois membres d'équipage et deux officiers du Centre russe de réconciliation des parties en conflit en Syrie», a-t-il précisé. Le Kremlin a affirmé dans la foulée que les cinq passagers de l'appareil étaient morts.

Des images diffusées lundi sur les réseaux sociaux montrent un corps et des papiers d'identité russes extraits de la carcasse d'un hélicoptère.

Jeudi, l'armée russe avait annoncé le lancement d'une «opération humanitaire de grande ampleur» avec les forces gouvernementales qui assiègent les quartiers insurgés d'Alep, dans le nord de la Syrie, deuxième ville du pays et enjeu majeur de la guerre.

Au total, treize soldats russes ont été tués en Syrie depuis que la Russie y a déclenché une intervention militaire fin septembre 2015 pour soutenir son allié, le président syrien Bachar al-Assad. Le 22 juillet, les agences de presse russes, citant un communiqué du ministère de la Défense, ont annoncé la mort d'un soldat en Syrie. Début juillet, deux pilotes russes avaient été tués près de Palmyre, dans le centre de la Syrie, lorsque l'hélicoptère syrien dans lequel ils volaient avait été abattu. En juin, le ministère de la Défense avait également annoncé la mort de deux soldats russes.

Après plusieurs mois de frappes aériennes, Vladimir Poutine a annoncé en mars le retrait de la majeure partie de son contingent militaire de Syrie mais celui-ci continue d'y mener des frappes contre des «cibles terroristes» et en soutien aux forces de Bachar al-Assad.

Déclenchée en mars 2011 par la répression de manifestations réclamant des réformes, la révolte contre le régime s'est transformée en une guerre dévastatrice qui a fait plus de 280.000 morts et poussé à la fuite des millions de personnes. (ats)

Ton opinion