Amsterdam: Hells Angels bannis des postes de fonctionnaire
Actualisé

AmsterdamHells Angels bannis des postes de fonctionnaire

La ville d'Amsterdam souhaite que ses fonctionnaires membres du club de motards renoncent à en faire partie, sous peine d'être licenciés.

«Nous pensons qu'il est difficilement compatible de travailler dans la fonction publique tout en appartenant à un club qui dit ouvertement que la loi ne s'applique pas à lui», a déclaré à l'AFP Bertho Boer, une porte-parole du maire d'Amsterdam Eberhard van der Laan. Cette décision fait suite à la condamnation le 3 janvier dernier à huit ans de prison d'un employé municipal membre des Hells Angels qui avait commis une attaque à la grenade.

Selon les informations dont dispose la municipalité, trois employés sont concernés, a-t-elle précisé. «C'est donc assez simple, nous leur donnons le choix, soit ils renoncent à être membre, soit ils renoncent à leur emploi au sein de la municipalité», a ajouté M. Boer : «s'ils ne souhaitent pas faire ce choix, nous verrons quelles mesures nous pouvons prendre en tant qu'employeur et cela pourrait résulter, en derniers recours, à un licenciement».

Deux députés travaillistes, du même parti que le maire d'Amsterdam, ont officiellement demandé au ministre de la Justice si la loi permettait de licencier de la sorte un employé municipal, selon un porte-parole du ministère de la Justice.

Attaque à la grenade

Le ministre de la Justice Ivo Opstelten doit répondre dans les prochains jours, mais dans la dernière lettre au Parlement sur le sujet, datée du 17 août, le ministre avait soutenu que l'appartenance à de tels clubs de motards «n'est pas compatible avec l'exercice d'une fonction publique au service du gouvernement».

Un employé municipal membre des Hells Angels avait été condamné le 3 janvier à huit ans de prison pour avoir commis une attaque à l'aide d'une grenade, qui avait explosé après avoir été fixée sous une voiture. La personne visée avait survécu à l'attaque.

En janvier 2012, la municipalité avait chassé les Hells Angels du terrain où ils se réunissaient, officiellement pour des raisons «d'aménagement du territoire». Le club avait obtenu en justice un dédommagement de 400'000 euros (environ 500'00 francs), selon les médias néerlandais. Les Hells Angels d'Amsterdam n'ont pas pu être joint dans l'immédiat pour une réaction.

Les Hells Angels disposent de 17 clubs aux Pays-Bas

Des membres, avérés ou présumés, des Hells Angels ou d'autres bandes de motards ouvertement «hors-la-loi» défrayent régulièrement la chronique aux Pays-Bas pour divers méfaits comme le trafic d'armes et la culture de cannabis, entre autres.

Le gouvernement a mis en place un plan national destiné à lutter contre les clubs de motards «hors-la-loi». Les médias néerlandais ont récemment rapporté que des dizaines de soldats étaient membres de tels clubs, qui ne représentent selon M. Boer qu'une petite minorité des groupes de motards, dont l'écrasante majorité ne causent pas de problèmes.

Les Hells Angels disposent de quelque 17 antennes aux Pays-Bas et ont réussi jusqu'à présent à faire échouer les tentatives des autorités de les faire condamner en tant qu'organisation criminelle. (afp)

Ton opinion