Assurance-maladie: Helsana dans le rouge vif
Actualisé

Assurance-maladieHelsana dans le rouge vif

Premier assureur-maladie de Suisse, Helsana a plongé profondément dans les chiffres rouges en 2008 en raison de la crise financière.

Premier assureur-maladie de Suisse, Helsana s'attend à boucler l'année 2008 sur une perte de plusieurs centaines de millions de francs. La crise financière est en cause. La CSS, numéro deux du marché en Suisse, est moins touchée. L'Office fédéral de la santé publique est inquiet, mais part du principe que les pertes à court terme essuyées par les caisses en Bourse pourront être compensées.

Après avoir réalisé un bénéfice de 95 millions de francs l'an dernier, Helsana a plongé profondément dans les chiffres rouges en 2008. Le déficit devrait être nettement supérieur à 100 millions de francs, a expliqué vendredi à la Radio Suisse alémanique Rob Hartmas, porte-parole d'Helsana. Le recul est dû à des pertes dans les placements de capitaux en raison de la crise financière, mais aussi au fait que les coûts de la santé ont augmenté plus fortement que les primes.

Les assurés et les prestataires de soins n'ont toutefois pas de souci à se faire. Helsana reste bien capitalisée: les fonds propres et les réserves sont à un niveau solide, a assuré Rob Hartmas. Et de critiquer la pression politique exigeant des assureurs le démantèlement de leurs réserves. La crise financière montre l'importance d'en disposer en suffisance, souligne Rob Hartmas. «Au final, les réserves ne sont rien d'autre que l'assurance d'une assurance». Si Helsana ne va pas augmenter ses primes dans le courant de l'année prochaine, les assurés doivent s'attendre à une hausse nettement plus importante en 2010 qu'en 2009.

OFSP inquiet

Le second assureur du pays, la CSS, est moins touché par la crise financière. Les réserves latentes en actions ont certes fondu, mais la caisse n'a pas encore dû procéder à des amortissements, selon son porte-parole Stephan Michel. La crise financière n'a pas encore laissé de trace dans le compte de résultats.

Vice-directeur de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP), Peter Indra s'est dit préoccupé par les effets de la crise financière sur les caisses maladie. L'OFSP part cependant du principe que ces pertes à court terme pourront être compensées lorsque la Bourse se redressera. (ap)

Ton opinion