Musée historique de Lausanne: «Henri Roorda, un drôle de zèbre»
Actualisé

Musée historique de Lausanne«Henri Roorda, un drôle de zèbre»

Le Musée historique de Lausanne invite à la découverte d'Henri Roorda.

Sous le nom de Balthasar, l'humoriste distillait ses chroniques dans «La Tribune de Genève» et «La Gazette de Lausanne». Une exposition lui rend hommage dès vendredi et jusqu'au 28 juin.

Henri Roorda van Eysinga (1870-1925) est sans doute l'humoriste le plus original que la Suisse romande ait connu, rappellent les commissaires de l'exposition «Drôle de zèbre, Henri Roorda». Pour l'occasion, le musée a concocté un parcours surprenant, parfois cocasse, à la découverte de l'oeuvre et de la vie du Lausannois.

Débourrage de crâne

Du «débourrage de crâne» aux «animots» en passant par le «roseau pensotant», les étapes de l'exposition reprennent le titre d'un livre ou d'une chronique de Roorda. Le Musée historique ne se contente pas d'exposer, sous vitrine, les écrits de l'humoriste.

Le visiteur est invité à tester les facultés d'étirement du cou d'une girafe. Des sculptures, des installations, des extraits de films ou de chansons transposent les fulgurances verbales du libre penseur, qui était aussi professeur de mathématiques.

Réfugié en Suisse

Né à Bruxelles et Hollandais d'origine, Henri Roorda a vécu essentiellement dans le canton de Vaud. Son père, fonctionnaire à Java, avait été révoqué pour ses positions anticoloniales. Il avait trouvé refuge en Suisse où sa femme avait des liens.

Auteur du pamphlet «Le pédagogue n'aime pas les enfants», Roorda s'est beaucoup préoccupé d'éducation. Il prônait une pédagogie ouverte, au service de l'éveil de l'enfant. Il se méfiait des idées convenues, des conformismes et des «bourreurs de crânes» qui attisent les haines et les guerres.

Humour grinçant

Il a poursuivi ses réflexions sur la guerre dans de nombreuses chroniques, se montrant de plus en plus pessimiste. Il s'est donné la mort en 1925, laissant un récit intitulé «Mon suicide». Une lecture-spectacle le 29 mars, des rencontres, des publications, des balades et des ateliers pour enfants accompagnent l'exposition. (ats)

Durée: du 13 mars au 28 juin.

Ton opinion