Genève: Hermance et Corsier gérées avec amateurisme
Actualisé

GenèveHermance et Corsier gérées avec amateurisme

La Cour des comptes a scruté la gestion financière des deux petites communes de la rive gauche. Conclusion: pas de malversations, mais beaucoup d'approximations.

par
Jérôme Faas

Le travers est manifestement commun à bien des petites et aisées municipalités genevoises: on y gère l'argent à la bonne franquette, sans trop se soucier des dispositions légales et réglementaires. L'an passé, presque jour pour jour, la Cour des comptes avait ainsi épinglé la commune de Genthod: crédits dépensés sans attendre l'aval du Conseil municipal, dépassements budgétaires non soumis à cette instance, absence d'appels d'offres quand la loi l'exigeait... Les juges avaient alors promis d'analyser à l'avenir des localités de taille comparable. Cette année, Corsier et Hermance ont été radiographiées. Le résultat est identique: personne ne pique dans la caisse, mais personne ne la gère rigoureusement.

La Cour relevait ce lundi matin «un nombre important de comptes en dépassement budgétaire, et ce de manière récurrente»; des dépenses engagées avant les délibérations du Conseil municipal; des erreurs comptables; ou encore des marchés dont l'attribution aurait dû faire l'objet de procédures ouvertes, et qui ne l'avaient pas faits.

La «confiance» et «l'informalité» ne suffisent plus

Les juges sont cependant conscients des difficultés que peuvent rencontrer ces très petites communes pour coller aux exigences comptables pointues de l'époque. «Notre message n'est pas de les ensevelir sous la paperasse ou de les transformer en administrations comme la Ville de Genève, commente la magistrate Myriam Nicolazzi. Les communes ne doivent pas être entièrement corsetées. Cela dit, la loi et la séparation des pouvoirs doivent être respectées. La société actuelle ne peut se satisfaire de la confiance et de l'informalité comme garde-fous. Et les conseils municipaux ont un rôle de contre-pouvoir à jouer. Ils doivent être critiques et véhéments.»

Ton opinion