Publié

NeuchâtelHeurté par un train, il doit payer pour le retard qu’il a causé

Double peine pour un piéton français qui a traversé les voies à un endroit où c’est interdit. Il a été touché par un convoi, et c’est désormais la justice qui le rattrape.

par
Francesco Brienza
Ces véhicules étroits peuvent atteindre une vitesse maximale de 80 km/h. 

Ces véhicules étroits peuvent atteindre une vitesse maximale de 80 km/h.

TransN

Un polisseur français a vécu un drôle d’ascenseur émotionnel cette année. Le 3 février dernier, il sortait quasi indemne d’un choc avec un tramway des TransN, à la hauteur du quai Louis-Perrier, à Neuchâtel. L’homme et sa maman avaient choisi de traverser les voies pour admirer le lac. Manifestement, ils avaient mal évalué les risques.

Retour de flamme

Mais de miraculé, le trentenaire est vite passé au statut de prévenu. Car le duo a franchi les rails à un endroit où ce n’est pas autorisé. Ce comportement dangereux a généré une interruption de service pour la compagnie de transports publics et plus d’une heure de perturbations. Suffisamment pour que la justice neuchâteloise empoigne l’affaire: le Ministère public vient de condamner le piéton à 20 jours-amende à 90 fr. avec sursis. Une amende de 400 fr. et plus de 700 francs de frais de justice viennent compléter l’ardoise.

Longues distances de freinage

«Ce genre d’accidents surviennent une à trois fois par an devant des trains en marche», relève Pascal Vuilleumier, directeur général de TransN. Entrées en fonction à Neuchâtel l’an dernier, les nouvelles rames du Littorail pèsent 47 tonnes chacune et sont longues de 36 m. «Elles roulent à 80 km/h, avec des distances de freinage importantes qui ne permettent pas toujours de s’arrêter, sans freinage anticipé, devant un obstacle imprévu, reprend-il. C’est pourquoi nous lançons régulièrement des piqûres de rappel afin de faire prendre conscience du danger, par exemple en distribuant des flyers aux endroits sensibles.»

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!