Kenya: Heurts ethniques dans le sud du Kenya: 33 morts

Actualisé

KenyaHeurts ethniques dans le sud du Kenya: 33 morts

Au moins 38 personnes ont été tuées dans l'attaque lundi, par 300 membres d'une communauté rivale, d'un village du district rural de Tana River, dans le sud-est du Kenya.

Le district de Tana River est le théâtre de violences récurrentes entre communautés rivales orma et pokomo.

Le district de Tana River est le théâtre de violences récurrentes entre communautés rivales orma et pokomo.

«Nous avons la confirmation que 38 personnes ont été tuées», a déclaré le secrétaire général de la Croix-Rouge kényane Abbas Gullet.

«Seize hommes, cinq femmes, huit enfants et neuf policiers» ont été tués, a annoncé à l'AFP le secrétaire général de la Croix-Rouge kényane, Abbas Gullet. Selon une porte-parole de la Croix Rouge kényane, Nelly Muluka, huit blessés ont été hospitalisés.

«Parmi les morts figurent cinq femmes, huit enfants, douze hommes», outre les sept policiers, a-t-il ajouté; «les tensions sont toujours très fortes, mais les affrontements ont cessé».

Le district de Tana River est le théâtre de violences récurrentes entre communautés rivales orma - essentiellement des éleveurs nomades - et pokomo - surtout composée d'agriculteurs sédentaires.

Selon un policier s'exprimant sous le couvert de l'anonymat, l'attaque de lundi a été menée par des Pokomo contre un village orma.

En août, 52 villageois orma avaient été tués à coups de machettes ou brûlés vifs par des Pokomo qui avaient attaqué plusieurs hameaux dans cette même zone de Tarassa (district de Tana River).

Une personne a ensuite été tuée le 1er septembre, puis au moins douze autres une semaine plus tard, dans de nouveaux raids dans la zone, qualifiés de «représailles» par la police. Ni la police ni la Croix-Rouge n'avaient souhaité indiquer qui avait alors attaqué qui.

Selon un député local, l'attaque d'août succédait à une série de violences commencées dix jours plus tôt.

Les deux communautés, installées le long de la rivière Tana se sont déjà violemment affrontées dans le passé sur des questions d'accès à la terre et aux points d'eau. En 2001, des affrontements avaient fait plus de 130 morts. (afp)

Ton opinion