Suisse: Hildebrand a gagné 646'000 fr. pour 9 jours

Actualisé

SuisseHildebrand a gagné 646'000 fr. pour 9 jours

Entre le 1er et le 9 janvier 2012, l'ex-patron de la Banque nationale suisse a touché plus de 600'000 francs de rémunération.

Philipp Hildebrand a été poussé à la démission.

Philipp Hildebrand a été poussé à la démission.

L'ancien président de la Banque nationale suisse (BNS) Philipp Hildebrand, poussé à démissionner au début de l'an passé suite à une affaire de transactions de devises, a touché une rémunération de 646'000 francs pour la période du 1er au 9 janvier 2012. L'année précédente, il avait gagné 878'100 francs.

En comprenant les charges sociales de l'employeur, la rémunération totale de Philipp Hildebrand s'est élevée l'an dernier à 748'000 francs, selon le rapport annuel de la BNS publié jeudi. En 2011, le montant global (charges comprises) avait atteint 1,05 million.

La part du traitement ressort à 534'200 francs et celles des indemnités de représentation, abonnement général, gratifications d'ancienneté et divers à 111'800 francs. La rémunération comprend le «droit au traitement et indemnité pour restrictions applicables à la fin des rapports de travail, selon le règlement», précise une notice.

Le président démissionnaire avait droit en effet à douze mois de salaire, a expliqué à l'ATS un porte-parole de la BNS. Les versements ont toutefois été interrompus prématurément lorsque le Lucernois a rejoint en octobre l'américain BlackRock, premier gestionnaire mondial d'actifs, en qualité de vice-président.

Son successeur à compter du 18 avril 2012 et jusque-là vice-président de la BNS, Thomas Jordan, a perçu 1,1 million de francs, charges inclues. Le désormais vice-président Jean-Pierre Danthine a gagné 1,09 million.

Restrictions renforcées

Entré en fonction le 1er août 2012 au sein du directoire de la banque centrale, le troisième membre du directoire Fritz Zurbrügg a touché 825'500 francs. Au total, l'enveloppe de la Direction générale élargie ressort à 5,42 millions, après 4,88 millions l'année précédente.

A compter de 2013, les restrictions auxquelles sont soumis les membres du directoire et leurs suppléants à la fin de leur rapport de travail ont été renforcées. Pendant une période de six mois, ils sont interdits d'exercer une activité «pour le compte de tous les types d'intermédiaires financiers», selon le rapport annuel.

En conséquence, l'indemnité équivaudra à six mois de salaire. Le Conseil de banque peut en outre octroyer une indemnité de départ «correspondant au maximum à un an de traitement à un membre de la Direction générale élargie dont le mandat ne serait pas renouvelé ou suite à une révocation».

Quant aux représentants du Conseil de banque, l'ancien président Hansueli Raggenbass a touché jusqu'au 30 avril 59'500 francs et son successeur Jean Studer 131'200 francs. L'enveloppe globale des charges de personnel a augmenté au final de 4,2% l'an passé à 133 millions. (ats)

Ton opinion