Actualisé 10.06.2011 à 06:24

Etats-Unis

Hillary Clinton à la Banque mondiale: intox

Les Etats-Unis ont démenti catégoriquement jeudi tout intérêt de Hillary Clinton pour la présidence de la Banque mondiale, contrairement à des informations publiées par une agence de presse.

L'agence Reuters avait indiqué que la chef de la diplomatie américaine était en discussions avec la Maison Blanche pour prendre la tête de l'institution

L'agence Reuters avait indiqué que la chef de la diplomatie américaine était en discussions avec la Maison Blanche pour prendre la tête de l'institution

«Cette histoire est totalement fausse», a déclaré Philippe Reines, un proche conseiller de Mme Clinton. La ministre «n'a eu aucune conversation avec le président (Barack Obama), la Maison Blanche ou qui que ce soit à propos d'un départ pour la Banque Mondiale», a-t-il assuré dans un courriel adressé à la presse.

«Elle n'a exprimé aucun intérêt pour ce poste» et «ne l'accepterait pas si on le lui proposait», a ajouté M. Reines.

La Maison Blanche a également démenti ces informations par la voix de son porte-parole, Jay Carney: «cette histoire est fausse, complètement fausse», a-t-il dit.

L'agence Reuters avait indiqué que la chef de la diplomatie américaine était en discussions avec la Maison Blanche pour prendre la tête de l'institution internationale l'an prochain, à la fin du mandat de l'actuel président de la Banque mondiale, Robert Zoellick. Le poste est traditionnellement réservé à un Américain.

«Une hypothèse forte»

Une source proche de la Banque mondiale a indiqué à l'AFP que les Etats-Unis étudiaient la possibilité d'une candidature de Mme Clinton à la tête de l'organisation internationale.

«C'est une hypothèse forte, sérieuse sur laquelle ils travaillent», a déclaré cette personne proche du dossier. «Il y a beaucoup de signaux» depuis quelques mois, notamment en provenance du Trésor, a-t-elle ajouté.

Une porte-parole du Trésor à qui l'AFP demandait de confirmer ou de démentir ce point précis a répondu: «Nous ne ferons pas de commentaire».

Les rumeurs sur l'avenir de Mme Clinton, 63 ans, sont récurrentes depuis qu'elle a pris la tête de la diplomatie américaine en janvier 2009.

Mais l'intéressée a fait savoir en mars qu'elle souhaitait conserver son poste au moins jusqu'au début d'un éventuel deuxième mandat du président Barack Obama, en 2013. Mme Clinton a aussi indiqué à plusieurs reprises qu'elle ne souhaitait pas briguer à nouveau la présidence américaine, après sa défaite lors des primaires démocrates de 2008 face à Barack Obama. (afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!