Actualisé

ABOU DHABIHillary Clinton en visite de paix au Proche-Orient

La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton est arrivée tôt samedi matin aux Emirats arabes unis, où elle doit rencontrer le président palestinien Mahmoud Abbas, avant de se rendre en Israël discuter avec le Premier ministre Benjamin Nétanyahou, mais aussi le controversé chef de la diplomatie Avigdor Lieberman.

Pendant l'été, le président Barack Obama avait espéré pouvoir relancer les pourparlers entre les deux parties. En septembre, il avait organisé une rencontre à trois avec Abbas et Nétanyahou à New York, mais le 22 octobre, Mme Clinton lui a fait savoir que les conditions n'étaient toujours pas réunies.

Avant de quitter le Pakistan vendredi, Mme Clinton avait reconnu, dans un entretien à la BBC, n'avoir guère d'espoir de voir un accord rapide. «Nous savions que ce serait un défi», a-t-elle noté, soulignant le sérieux et la volonté des Etats-Unis de tout de même faire avancer les choses.

Alors que le dossier israélo-palestinien avait été décrété prioritaire par Barack Obama lors de son arrivée à la Maison Blanche, son incapacité à réussir à faire bouger Israël sur le dossier du gel de la colonisation, que réclament les Palestiniens, a profondément frustré les interlocuteurs arabes de Washington.

Cette visite de Mme Clinton intervient en outre alors qu'Abbas est au plus bas. Il s'est mis à dos un nombre encore croissant de Palestiniens lorsqu'il a suspendu les efforts en vue de poursuivre des responsables israéliens pour crimes de guerre présumés lors de l'offensive de l'hiver dernier dans la Bande de Gaza. Le tollé a été tel qu'il est vite revenu sur cette décision.

Mais c'est un Mahmoud Abbas démoralisé qui aurait téléphoné à Hillary Clinton, la semaine dernière, pour lui dire qu'il ne briguerait pas un nouveau mandat le 24 janvier, selon des responsables s'exprimant sous le couvert de l'anonymat. D'où un appel urgent d'Obama, cherchant à le convaincre de changer d'avis et l'assurant de sa détermination à voir naître l'Etat palestinien.

Hillary Clinton sera ensuite au Maroc lundi et mardi pour une conférence internationale à l'occasion de laquelle elle entend consulter nombre de ses homologues des pays arabes sur le gel israélo-palestinien. (ap)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!