Présidentielle américaine: Hillary Clinton repousse les attaques de Sanders

Actualisé

Présidentielle américaineHillary Clinton repousse les attaques de Sanders

Les deux favoris à la primaire démocrate pour les présidentielles se sont affrontés lors d'un 4e débat télévisé.

Plus proches dans les sondages, les deux favoris à la primaire démocrate ont croisé le fer, lors d'un quatrième débat télévisé. (17 janvier 2016)

Plus proches dans les sondages, les deux favoris à la primaire démocrate ont croisé le fer, lors d'un quatrième débat télévisé. (17 janvier 2016)

photo: AFP

Hillary Clinton, favorite de la primaire démocrate pour la présidentielle américaine de novembre, a tenté de déstabiliser son challenger Bernie Sanders, dimanche soir lors de leur quatrième et ultime débat.

Mais c'est elle qui s'est souvent retrouvée sur la défensive.

L'ancienne secrétaire d'Etat est en tête des intentions de vote démocrates au niveau national, mais voit son adversaire progresser dans l'Iowa et le New Hampshire, les deux Etats qui ouvrent le bal des primaires en février.

Hillary Clinton a attaqué le sénateur du Vermont sur plusieurs thèmes comme la réforme de Wall Street, l'assurance santé ou le contrôle des armes à feu.

Le sénateur du Vermont, qui se présente en «socialiste démocrate» et occupe l'espace laissé à gauche par sa rivale, a répliqué en accusant l'ex-première dame d'avoir accepté des centaines de milliers de dollars de la part de soutiens de Wall Street pour donner des conférences en tant qu'ancienne secrétaire d'Etat.

Obama égratigné

«Je ne touche pas l'argent des grandes banques. Je ne touche pas des commissions personnelles versées par Goldman Sachs», a déclaré Bernie Sanders en ajoutant: «J'ai de gros doutes quand les gens reçoivent de l'argent de Wall Street.»

Il a également accusé Hillary Clinton d'avoir voté pour la dérégulation du marché financier en 2000, l'une des causes selon lui de la crise de 2008.

«Bernie Sanders a critiqué le président Obama pour avoir touché des dons de Wall Street. Et le président Obama nous a sortis de la grande récession», a répliqué Hillary Clinton.

Le sénateur du Vermont s'est félicité de sa progression dans les sondages, estimant qu'il pourrait encore l'étendre en attirant davantage d'électeurs noirs américains. Il a relevé qu'au début de sa campagne des primaires, l'écart entre lui et sa rivale s'élevait à cinquante points de pourcentage. «Devinez quoi: dans l'Iowa et le New Hampshire, la course est désormais très très serrée», a-t-il noté.

Assurance-maladie

Dans l'Iowa, où les «caucus» ont lieu le 1er février, la dernière moyenne des sondages réalisée par le site Real Clear Politics donne Mme Clinton en tête, mais, avec un score moyen de 46,8%, elle n'a que quatre points d'avance sur M. Sanders. Dans le New Hampshire, où l'on votera le 9 février, c'est M. Sanders qui fait la course en tête avec un score moyen de 48,8% contre 42,6% pour sa rivale.

Hillary Clinton a quant à elle dénoncé le plan «Medicare-for-All» dévoilé par Bernie Sanders quelques heures avant le débat pour répondre aux critiques précédentes de l'ex-secrétaire d'Etat contre la politique de santé qu'il a menée localement dans le Vermont.

Elle a jugé qu'un tel projet saperait l'Affordable Care Act, le fameux «Obamacare» que les élus républicains essaient déjà de détricoter au Congrès.

«Je dois dire que je ne suis pas sûre que l'on parle du plan que vous avez présenté ce soir ou du plan que vous avez présenté à neuf reprises en vingt ans», a-t-elle lancé à son adversaire. «Mais le fait est que nous avons l'Affordable Care Act (...). Nous avons déjà 19 millions d'Américains qui ont obtenu une assurance.»

Bernie Sanders lui a répondu que son objectif était de s'appuyer sur l'Obamacare pour rendre l'assurance santé encore plus abordable.

Armes

Hillary Clinton a également attaqué Bernie Sanders sur le contrôle des armes à feu, l'accusant de se montrer indulgent face au lobby des armes (NRA, National Rifle Association).

«Il a voté pour autoriser des armes dans l'Amtrak (les trains), dans les parcs nationaux. Il a voté contre des études pour savoir comment nous pourrions sauver des vies. N'oublions pas ce dont il s'agit: 90 personnes meurent de violence par arme à feu chaque jour dans notre pays», a déclaré l'ex-sénatrice.

Bernie Sander s'est défendu en assurant qu'il s'était élevé contre la puissante NRA, accusant sa rivale d'être «déloyale».

Le débat avait lieu à Charleston, en Caroline du Sud, tout près de l'Emanuel African Methodist Episcopal Church, une église historique de la communauté noire où neuf Noirs ont été tués par un jeune suprématiste blanc en juin 2015.

L'ancien gouverneur du Maryland Martin O'Malley a rejoint Hillary Clinton et Bernie Sanders en cours de débat, mais son retard est tel que la primaire démocrate se réduit à un face-à-face entre les deux principaux candidats. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion