Hillary Clinton va reprendre en douceur sa vie publique

Actualisé

Hillary Clinton va reprendre en douceur sa vie publique

On ne l'a guère vue depuis qu'elle a abandonné la course présidentielle.

Mais Hillary Clinton prépare en douceur son retour dans la vie publique, qu'elle marquera avec éclat au cours d'une réunion de campagne avec son rival d'antan Barack Obama.

Le soir du 3 juin, la date à laquelle Barack Obama s'est définitivement adjugé l'investiture du parti démocrate, Mme Clinton s'était montrée combative, ne laissant aucune indication qu'elle entendait lâcher prise.

Quatre jours plus tard, elle appelait à soutenir Barack Obama à l'occasion d'une ultime réunion très applaudie à Washington. «Je lui apporte mon plein soutien» disait-elle, seule sur scène, alors qu'aux Etats-Unis la coutume veut que les vaincus se montrent avec leur ancien rival pour le soutenir, comme l'ex-maire de New York Rudolph Giuliani, puis l'ex-gouverneur du Massachusetts Mitt Romney l'avaient fait pour John McCain l'hiver dernier.

Avec Barack Obama

Le retour dans la vie publique débutera peu à peu progressivement jeudi. Mme Clinton a prévu de s'adresser à une association d'élus hispaniques (NALEO), un électorat qui l'avait préférée au sénateur de l'Illinois durant les primaires.

Le lendemain, elle participera à sa première réunion de campagne commune avec M. Obama, après une rencontre avec des bailleurs de fonds.

Cette réunion pourrait sceller la réconciliation de deux rivaux qui se sont affrontés lors des plus longues primaires jamais organisées par le parti démocrate, mais qui ont généralement réussi à masquer leur antagonisme lorsqu'ils se retrouvaient sur la même scène.

Valeur «inestimable»

A l'issue d'un débat télévisé en tête à tête le 31 janvier, ils s'étaient livrés à une embrassade prolongée et à un étonnant aparté empreint de rires.

Même si les quatre mois suivants ont été plus tendus, Mme Clinton a demandé le 7 juin à ses partisans de «travailler dur» pour porter Barack Obama à la présidence des Etats-Unis en novembre.

Le même jour, M. Obama s'était dit impatient de faire campagne avec elle, soulignant que l'ex-Première dame, forte de près de 18 millions de voix durant les primaires, apporterait une valeur «inestimable» dans son effort de conquête de la Maison Blanche.

Sondages favorables

Il rate rarement une occasion de lui rendre hommage, et lors d'une réunion publique lundi à Detroit (Michigan), il a doucement tancé ses partisans après des huées au nom de l'ancienne Première dame.

En revanche, le sénateur de l'Illinois reste discret sur le rôle qu'il souhaite lui voir jouer. L'embauche dans son équipe de Patti Solis Doyle, ancienne confidente de Mme Clinton et ex-directrice de campagne limogée fin février, a été perçue comme le signe qu'il n'entendait pas lui proposer d'être vice-présidente.

La réconciliation du parti démocrate semble néanmoins en marche, moins de trois semaines après la fin des primaires.

Un sondage pour «Newsweek» à paraître lundi révèle que 18% des partisans de Mme Clinton se voient voter pour John McCain plutôt qu'Obama le 4 novembre. Ils étaient presque deux fois plus nombreux (34%) en mai. (ats)

Ton opinion