Valais: Hockey: cinquantaine de fans bannis des patinoires
Actualisé

ValaisHockey: cinquantaine de fans bannis des patinoires

La Fédération suisse de hockey a interdit 52 supporters de patinoires. Ils avaient participé ou assisté à une bagarre entre fans de hockey, le 28 janvier.

par
apn
Des supporters du club de Martigny viennent d'être sanctionnés par la Fédération suisse: ils ne pourront plus assister à des matchs de hockey pendant deux ans.

Des supporters du club de Martigny viennent d'être sanctionnés par la Fédération suisse: ils ne pourront plus assister à des matchs de hockey pendant deux ans.

En route pour supporter leur équipe qui se déplaçait en Thurgovie, le 28 janvier, des fans de l'équipe de hockey Martigny Red Ice (LNB) ont fait une halte à Fribourg pour prendre d'autres fans. Selon la police, quand les fans valaisans se sont arrêtés devant la patinoire de Saint-Léonard, des supporters fribourgeois, qui venaient de suivre l'entraînement de leur club sortaient de la patinoire. Des échauffourées ont rapidement éclaté et deux personnes ont été légèrement blessées. La police cantonale de Fribourg a signalé à rhonefm.ch, que l'enquête était toujours en cours.

Suspecter suffit pour sanctionner

La Fédération Suisse de hockey sur glace, elle, a déjà sévi: quelque 52 supporters qui ont participé ou assisté à cette bagarre ont été bannis des patinoires pour deux ans. La sanction de l'instance fédérale s'est basée sur des informations transmises par la police. Même si l'enquête pénale n'est pas bouclée, la fédération a rappelé que le simple fait de suspecter quelqu'un suffit pour prononcer une mesure d'interdiction.

Indignation d'un fan interdit de patinoire

Un supporter interdit de patinoire a fait part de son indignation à Rhône Fm. L'homme dit que comme lui, plusieurs personnes ont «ramassé pour une faute pas commise». Mais la Fédération suisse de hockey sur glace tient à préciser que les fans témoins d'incidents «doivent dénoncer les faits auprès de la police ou rester sensiblement à l'écart des troubles».

Ton opinion