Genève - Hold-up avorté d’une poste: les trois prévenus condamnés 
Publié

GenèveHold-up avorté d’une poste: les trois prévenus condamnés

Un homme a été reconnu coupable d’avoir coorganisé le braquage raté d’un office postal à Vernier (GE), en 2019. Ses coaccusés ont joué un rôle de complices, ont estimé mercredi les juges dans leur verdict.

par
Léonard Boissonnas
Lucien FORTUNATI

L’un a agi en tant que coauteur et les deux autres comme complices. C’est ce qu’a retenu mercredi le Tribunal correctionnel des rôles tenus par les trois hommes jugés depuis lundi pour le braquage raté de la poste de Châtelaine, à Vernier (GE), en novembre 2019. Deux individus avaient tenté de pénétrer dans l’office postal, mais une employée avait pu refermer la porte derrière elle, les empêchant ainsi de commettre leur forfait. Les deux hommes, supposément venus de Belgique, n’ont pas été retrouvés à ce jour. Pour le tribunal, sans le prévenu désormais âgé de 34 ans, cette tentative de brigandage n’aurait pas eu lieu. C’est lui qui a emmené les voleurs dans le quartier où se trouvait le local associatif dans lequel ils ont dormi, ainsi que sur les lieux du braquage. Sinon, on ne voit pas comment ils auraient visé cette poste-là, a déclaré la présidente Sabina Mascotto.

Facilitateurs

Les deux autres prévenus, âgés de 27 ans et 29 ans, ne pouvaient ignorer les motifs de la présence de ces individus et leur ont apporté leur aide en testant les téléphones fournis aux brigands, en les ravitaillant et en leur permettant l’accès au local associatif. Toutefois, s’ils ont facilité le braquage, celui-ci aurait pu avoir lieu sans eux, ont retenu les juges. Ceux-ci les ont condamnés pour complicité de tentative de brigandage. Outre ce chef, l’un a été reconnu coupable d’avoir retiré de l’argent frauduleusement. Au vu de ses antécédents «catastrophiques» notamment, il a écopé de 14 mois de prison, tandis que son coaccusé, coupable de trafic de drogue, a été condamné à 14 mois de prison avec sursis pendant 3 ans. Le tribunal a par contre renoncé à l’expulsion de ces deux hommes de nationalité étrangère, mais dont la vie s’ancre à Genève.

Expulsé pour 7 ans

Leur comparse trentenaire, dont la faute est lourde, a été reconnu coupable de la tentative de brigandage de la poste, mais a été acquitté au bénéfice du doute pour le braquage d’un bureau de change aux Pâquis, en 2018. Il était accusé d’avoir fait le guet alors qu’un complice non identifié dévalisait les lieux, après avoir bâillonné et attaché l’employée. Ce Français a été condamné à 18 mois de prison et sera expulsé du territoire suisse pour une durée de 7 ans.

Ton opinion