France: Hollande en Chine, avant le sommet sur le climat
Actualisé

FranceHollande en Chine, avant le sommet sur le climat

Le président français est arrivé en Chine, où il doit notamment s'entretenir avec son homologue sur le climat en vue de la conférence de l'ONU à Paris.

François Hollande et Xi Jinping lors d'une précédente entrevue, le 16 novembre 2014 au G20 de Brisbane.

François Hollande et Xi Jinping lors d'une précédente entrevue, le 16 novembre 2014 au G20 de Brisbane.

Le président français François Hollande est arrivé lundi dans la ville industrielle de Chongqing pour une visite officielle de deux jours en Chine, visant à lancer avec son homologue Xi Jinping un appel pour lutter contre le réchauffement climatique.

Cette visite intervient avant la grande conférence de l'ONU sur le climat (COP 21) qui s'ouvre le 30 novembre en France.

Accompagné d'une délégation d'une quarantaine de chefs d'entreprise et de plusieurs ministres (Affaires étrangères, Ecologie, Finances), François Hollande doit en particulier visiter à Chongqing, mégapole de l'ouest en proie à d'immenses enjeux environnementaux, une entreprise spécialisée dans le traitement des eaux, illustrant la coopération franco-chinoise pour une «croissance verte».

Industrie automobile

Fer de lance du développement économique chinois, Chongqinq est l'une des six bases industrielles du pays, surtout connue pour son industrie automobile, son pôle chimique et pétrochimique.

Elle est aussi au coeur de la stratégie de la «nouvelle route de la soie» depuis son lancement en 2013 avec la ligne ferroviaire vers Duisbourg (Allemagne).

Au bord du fleuve Yangtsé, le coeur de la ville s'illustre par des dizaines de hautes barres d'immeubles grisâtres enjambant de tentaculaires échangeurs quotidiennement noyés dans la brume.

Premier pollueur mondial

François Hollande doit ensuite s'envoler pour Pékin, où une cérémonie officielle d'accueil se déroulera au Grand palais du peuple. Il s'entretiendra dans la foulée avec le président Xi Jinping sur le climat, enjeu principal de sa visite.

Avec 25% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, la Chine est le premier pollueur de la planète et son engagement pour le succès de la conférence de l'ONU au Bourget près de Paris (30 novembre-11 décembre) fait de ce pays un arbitre majeur des négociations.

La Chine est aussi leader du «groupe des 77» rassemblant les pays émergents, et Pékin peut exercer des pressions colossales sur ses partenaires à la conférence de Paris.

146 pays

Après avoir passé en revue les objectifs de réduction des gaz à effet de serre annoncés par 146 pays, l'ONU a estimé vendredi qu'«un effort mondial sans précédent» était en cours et permettait d'envisager de pouvoir rester sous les 2°C de hausse des températures mondiales.

Mais les Nations unies ont aussi prévenu que des réductions d'émissions «beaucoup plus importantes» seraient nécessaires dans les prochaines années pour rester sous cette limite, au delà de laquelle les scientifiques redoutent un emballement du système climatique. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion