Présidentielle en France: Hollande réclame le silence sur une éventuelle primaire
Actualisé

Présidentielle en FranceHollande réclame le silence sur une éventuelle primaire

Le président français a fait savoir jeudi à ses ministres que le débat sur le nom du candidat de la gauche à la prochaine présidentielle n'était «pas venu».

Pour François Hollande, il faut actuellement «surtout parler de l'action du gouvernement».

Pour François Hollande, il faut actuellement «surtout parler de l'action du gouvernement».

Cette déclaration intervient après qu'un membre de son gouvernement a appelé pour la première fois à la tenue d'une primaire. «Le temps n'est pas venu» d'évoquer une éventuelle primaire, a déclaré jeudi le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, à l'issue d'un conseil des ministres. Il a rapporté que François Hollande y avait appelé ses ministres à la «clarté» et à la «stabilité» et à «surtout parler de l'action du gouvernement».

L'idée d'une primaire à gauche avant 2017 avait été évoquée mardi soir par le secrétaire d'Etat à la réforme de l'Etat, Thierry Mandon, qui a ainsi joint sa voix à l'aile gauche du parti en jugeant «indispensable» une telle primaire «élargie aux radicaux, écologistes et tous ceux qui voudront y participer».

Plusieurs membres du gouvernement et de la majorité ont exprimé leur désaccord avec lui.

«Vocation à être candidat»

Le Premier ministre Manuel Valls avait estimé fin octobre que François Hollande «a une vocation naturelle à être candidat» à la prochaine présidentielle. De son côté, le président socialiste a déjà dit qu'il ne se représenterait pas si la lutte contre le chômage, dont il a fait une priorité, ne commençait pas à porter ses fruits. (ats)

Ton opinion