JO 2012: Hollande renvoie le tapis rouge à Cameron
Actualisé

JO 2012Hollande renvoie le tapis rouge à Cameron

François Hollande n'a pas digéré l'invitation de David Cameron au Français fuyant la taxe à 75%. Il lui renvoie la pique, remerciant la Grande-Bretagne d'avoir déroulé le «tapis rouge» aux sportifs français.

François Hollande s'est déclaré «fier d'être chef de l'Etat», au vu des résultats des athlètes français aux JO. Il a remercié avec une pointe d'humour le Premier ministre britannique David Cameron d'avoir déroulé «le tapis rouge» pour les sportifs tricolores.

«Les Britanniques ont mis un tapis rouge pour les athlètes français pour gagner des médailles. Je les en remercie beaucoup, mais la compétition n'est pas terminée», a dit le président lors d'une conférence de presse au Club de France, vitrine de l'équipe de France aux Jeux olympiques de Londres.

Le chef de l'Etat faisait référence aux remarques faites en juin par M. Cameron, qui s'était dit prêt à «dérouler le tapis rouge» aux Français qui voudraient échapper au projet de fiscalité du gouvernement de M. Hollande. Depuis, le président français a dit avoir mis la remarque de M. Cameron sur le compte «de l'humour anglais».

L'Europe d'abord

Poursuivant sur sa lancée, M. Hollande a évoqué les débuts moins flamboyants du Royaume-Uni en ce début de JO. Au final, c'est «le résultat de l'Europe qui va compter».

«On mettra les médailles françaises dans l'escarcelle de l'Europe, comme ça les Britanniques seront contents d'être européens», a-t-il lancé, avant de remarquer que «les Jeux ne sont pas encore terminés».

Plus tôt, MM. Hollande et Cameron avaient eu un bref entretien autour d'un café dans l'enceinte du Parc olympique, avant d'assister côte-à-côte à la deuxième mi-temps du match de handball féminin France-Espagne (18-18). Le président français a indiqué avoir abordé avec le Premier ministre britannique la crise de la zone euro et la situation en Syrie.

La France boudée depuis 1924

Peu après, en conférence de presse, M. Hollande s'est toutefois montré plus terre-à-terre. «Nous allons déposer éventuellement un dossier. Nous attendons de savoir ce qui va se prononcer comme choix en 2013, car cela aura des conséquences», a-t-il souligné, faisant référence à la décision du pays hôte des Jeux 2020, où trois villes sont encore en lice: Madrid, Istanbul et Tokyo.

Mais selon lui, Paris ou d'autres villes de France auraient quelques raisons d'y croire. «Nous avons l'expérience des échecs, trois ces dernières années et c'est beaucoup. Donc on peut en tirer toutes les leçons pour savoir faire ou comment de ne pas faire», a-t-il déclaré, expliquant qu'«il faudra notamment mobiliser tous les acteurs, publics comme privés.» La France n'a pas organisé de Jeux olympiques d'été depuis ceux de Paris en 1924. (ats)

Ton opinion