Actualisé 21.01.2020 à 18:16

VaudHooliganisme: le Grand Conseil veut durcir le ton

Les élus vaudois sont déterminés à réprimer et dissuader les comportements violents lors de manifestations sportives.

Les députés ne comptent pas rester passifs face au phénomène du hooliganisme qui n'épargne pas le canton.

Les députés ne comptent pas rester passifs face au phénomène du hooliganisme qui n'épargne pas le canton.

Keystone

Le Grand Conseil vaudois souhaite un durcissement du ton à l'égard des hooligans. Il a massivement voté mardi une initiative à destination des Chambres fédérales et une résolution pour réprimer et dissuader les comportements violents lors de manifestations sportives.

Les députés ont souhaité aller de l'avant et ne pas rester passifs face à un phénomène inquiétant qui n'épargne pas le canton. «Les sanctions ne sont aujourd'hui pas dissuasives, car seules des peines pécuniaires sont possibles», a expliqué Nicolas Croci Torti (PLR).

Le dossier étant de compétence fédérale, le Parlement a donné son aval, par 96 voix contre 5 et 7 abstentions, à une initiative parlementaire. Celle-ci demande d'augmenter les peines prévues à l'article 292 du code pénal pour insoumission à l'autorité. Le Conseil d'Etat est prié d'exercer son droit d'initiative auprès de l'Assemblée fédérale.

Réserves

D'accord sur le principe, le député Raphaël Mahaim (Verts) a fait part de certaines réserves. A ses yeux, l'article 292 n'est pas la bonne cible, car il ne concerne pas seulement les manifestations sportives, mais aussi le droit du bail ou celui du travail. Une telle proposition risque d'être mal accueillie à Berne.

La résolution, pour sa part, réclame un renforcement des mesures prévues par le concordat intercantonal sur le hooliganisme. «Les patinoires sont de plus en plus sûres, le problème réside lors des déplacements des fans qui se retrouvent sur des aires de repos des autoroutes pour se battre, ou saccagent un bar que fréquentent les supporters adverses», a expliqué Nathalie Jaccard (Verts).

La conseillère d'Etat Béatrice Métraux a invité à soutenir tant l'initiative que la résolution. Elle entend faire passer le message lors des prochaines réunions de la Conférence des directrices et directeurs des départements cantonaux de justice et police (CCDJP). (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!