Violences à Genoble: Hortefeux veut «rétablir l'ordre public»
Actualisé

Violences à GenobleHortefeux veut «rétablir l'ordre public»

Le ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux a assuré samedi à Grenoble qu'il allait «rétablir l'ordre public et l'autorité de l'Etat» au plus vite et par «tous les moyens».

«Nous allons réagir vite. Quand je dis vite, c'est-à-dire tout de suite, c'est ainsi que nous allons rétablir l'ordre public et l'autorité de l'Etat», a déclaré le ministre à la presse.

Il a ordonné la mobilisation de trois unités de forces mobiles, soit 250 hommes supplémentaires, du RAID et du GIPN (groupe d'intervention de la police nationale), «maintenant et pour tout le temps nécessaire pour que le calme soit revenu».

«Il y a une réalité simple et claire dans ce pays: les voyous et les délinquants n'ont pas d'avenir car la puissance publique finit toujours par l'emporter», a ajouté M. Hortefeux.

A la Villeneuve, où se sont déroulées dans la nuit de vendredi à samedi des violences en réponse à la mort du jeune braqueur originaire du quartier, un calme relatif régnait samedi soir, a constaté une journaliste de l'AFP. Seules quatre voitures ont été brûlées, selon la police.

Des patrouilles de CRS patrouillaient samedi soir, mais aucun groupe de jeunes casseurs n'était visible.

De son côté la mère du braqueur tué, Karim Boudouda, a lancé un «appel au calme», dans un appel à paraître dimanche dans le journal local Le Dauphiné libéré.

M. Hortefeux, qui a fait une visite de quelques minutes dans ce quartier populaire, a annoncé avoir demandé à son homologue du Budget François Baroin d'envoyer «dès la semaine prochaine à Grenoble un inspecteur du Fisc afin de frapper au portefeuille les délinquants», en faisant «reculer l'économie souterraine qui alimente le trafic des stupéfiants et celui des armes».

Il a prôné «un renforcement ciblé de la présence policière à Grenoble», sans plus de précisions. Et le premier syndicat des gardiens de la paix, Unité police/SGP-FO, a demandé que Grenoble soit classé «zone difficile», demandant des renforts afin de permettre aux policiers grenoblois de «faire leur travail avec sérénité».

Dans la nuit de vendredi à samedi, de violents incidents avaient éclaté à la Villeneuve, avec des incendies de commerces et d'une soixantaine de voitures. Un homme avait même tiré en direction des forces de l'ordre, qui avaient riposté avec des balles réelles, sans faire de victimes.

Deux jeunes de 17 et 18 ans ont été interpellés pour des incendies de véhicules et trois autres de 20 ans pour «tentatives de vols dans des magasins».

Le braqueur abattu par la police, en état de légitime défense selon le parquet, Karim Boudouda, 27 ans, avait déjà été condamné trois fois aux assises pour vol à main armée. Il s'était fait remettre dans la nuit de jeudi à vendredi, sous la menace d'armes lourdes, le contenu de la caisse du casino d'Uriage avant de prendre la fuite, avec un complice toujours recherché.

La course-poursuite, émaillée de tirs sur les forces de l'ordre les poursuivant, avait pris fin dans son quartier de la Villeneuve.

Le journal sur la TSR:

(afp)

Ton opinion