Publié

Shenzhen (Chine)Huawei voit dans le mobile votre double numérique

En parallèle à la présentation imminente de son nouvel appareil de référence, la firme chinoise prépare un «super smartphone».

par
Laurent Favre
de retour de Shenzhen

Pour prendre en mains des smartphones à écran souple il faudra repasser. Les modèles de la prochaine génération seront d'abord des assistants ultra personnalisés. Dopés à l'intelligence artificielle, ils seront capables d'exploiter intelligemment les mégadonnées transitant par les réseaux mobiles 5G, si l'on en croit les responsables de la division mobile de Huawei.

«Le smartphone sera comme un jumeau, un double de vous-même, s'emballe Baofeng Zhang, responsable de l'ingénierie logicielle. Nous aurons de nouvelles technologies dans l'affichage d'écran, la caméra et l'audio pour mieux vous connaître, comprendre et vous aider à faire davantage de tâches.»

La surenchère en matière de capacité de calcul est toujours en première ligne. «Nous avons commencé à dessiner un nouveau smartphone avec une totalement différente architecture et forme», commente Kevin Ho, président chez Huawei des affaires commerciales des appareils. L'arrivée de cette génération devrait coïncider avec les débuts de l'accès du grand public au réseau 5G, une infrastructure dont Huawei est l'un des fers de lance, malgré son interdiction d'accès au marché américain.

Monstre de calcul

La firme de Shenzhen estime avoir déjà posé le premier jalon de ce super smartphone avec sa puce dédiée Kirin 970 dite «NPU» (Unité de traitement neuronal). Fabriqué par sa filiale HiSilicon, le processeur a été intronisé avec le smartphone Mate 10 Pro avec des avantages de vitesse d'exécution et de stabilité. A l'aide des techniques d'intelligence artificielle, il s'est montré capable de traiter 2000 images par minute dans un test de reconnaissance d'images. Il excelle aussi dans le traitement de signaux sonores.

Les appareils de Huawei s'en servent pour interpréter et adapter les données aux besoins de chaque situation et cela directement sur l'appareil, sans besoin donc de passer par le cloud et des problèmes relatifs à la protection des données personnelles.

Mais Huawei doit quand même composer avec les données tirées du cloud. La firme renvoie dans ce cas implicitement la balle à ses partenaires qui ont pour nom Amazon ou Google, qui lui fournissent notamment l'assistant personnel intelligent. Volontiers mise en avant par le fabricant chinois, l'app Microsoft Traducteur en est le parfait exemple. Les techniques d'intelligence artificielle embarquées dans la puce permettent de faire le gros du travail sur l'appareil, mais «Huawei n'assume aucune responsabilité en ce qui concerne le contenu de cette application», peut-on lire au moment de l'installer.

Photo encore mise en avant

Les capacités d'intelligence artificielle seront à nouveau mises en avant mardi prochain, à l'occasion de la présentation du P20 Pro, le nouvel appareil vedette de Huawei. L'argument de vente principal restera par contre encore et toujours la photo avec la présence de trois capteurs révélés par des images qui ont fuité sur la Toile.

En Europe, le No 3 mondial (10 % de part de marché derrière Samsung et Apple) n'aura pas la partie facile. Outre les deux leaders du secteur, il doit composer avec l'arrivée de son compatriote Xiaomi, le spécialiste de la vente en ligne qu'il concurrence avec son autre marque Honor.

Mais Huawei doit surtout faire face à la saturation du marché. Les gens renouvellent moins facilement des appareils qui ont gagné en qualité et en fiabilité. «Les nouveaux smartphones ont peut-être moins, ou pas assez, de nouvelles fonctions pour inciter les clients à changer», concède Kevin Ho.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!