Hugo Chavez contacté par le chef des FARC
Actualisé

Hugo Chavez contacté par le chef des FARC

Le président vénézuélien, qui tente d'assurer une médiation entre le gouvernement colombien et les FARC, a annoncé samedi avoir reçu un courrier du chef des rebelles.

Ce dernier l'informait de l'envoi prochain d'un représentant pour des négociations sur un échange de prisonniers.Hugo Chavez a expliqué avoir reçu jeudi cette lettre du chef des FARC, Manuel Marulanda. «J'ai commencé en acceptant le rôle d'observateur, mais ce n'est plus le cas: je suis devenu un médiateur», a déclaré le président vénézuélien. «Il y a des manifestations de bonne volonté pour ouvrir des voies, pour dialoguer».

Dans ce courrier, Manuel Marulanda affirme vouloir envoyer un représentant pour des discussions sur un échange entre otages des FARC et membres du groupe rebelle détenus par les autorités colombiennes. Hugo Chavez a reçu début septembre l'accord de la guérilla colombienne pour discuter d'un tel échange.

«Il (Marulanda, NDLR) ne peut toujours pas venir au Venezuela. Il m'invite à venir en Colombie. Il m'est difficile d'aller dans les jungles de Colombie», a déclaré le président vénézuélien, qui n'a pas précisé plus avant le contenu de la lettre. «Mais on avance».

Depuis l'accord donné par les FARC à sa médiation, Hugo Chavez affirme avoir bon espoir de rencontrer prochainement un haut responsable des rebelles afin d'obtenir la libération de quelque 45 otages retenus par les FARC.

Par mi ces otages figurent des soldats, des politiciens -comme la Franco-Colombienne Ingrid Betancourt, ancienne candidate à la présidentielle-, ainsi que trois ressortissants américains travaillant pour des entreprises de défense. Ingrid Betancourt a été enlevée il y a plus de cinq ans et les trois Américains il y a plus de quatre ans.

En échange de leurs otages, les FARC exigent que la Colombie libère des centaines de leurs guérilleros détenus dans les prisons du pays. Les rebelles réclament également la libération de deux de leurs commandants emprisonnés aux Etats-Unis.

AP (ap)

Ton opinion