Irak: Huit commandants de l'EI tués dans des frappes
Actualisé

IrakHuit commandants de l'EI tués dans des frappes

De source militaire, huit membres du commandement du groupe Etat islamique seraient morts après des frappes aériennes de l'armée irakienne.

1 / 448
29.06 La ville irakienne de Fallouja a été libérée de l'emprise de l'Etat islamique, mais elle a beaucoup souffert.

29.06 La ville irakienne de Fallouja a été libérée de l'emprise de l'Etat islamique, mais elle a beaucoup souffert.

Osamah Waheeb
31.05 Des jihadistes de l'Etat Islamique proposent des femmes sur le réseau social, pour les forcer à ce qu'ils appellent le «jihad sexuel».

31.05 Des jihadistes de l'Etat Islamique proposent des femmes sur le réseau social, pour les forcer à ce qu'ils appellent le «jihad sexuel».

Keystone/AP
24.05 L'ONU estime qu'il y a environ 50'000 personnes encore à Fallouja et qu'il est «important que les habitants puissent disposer de couloirs sûrs» pour fuir la ville.

24.05 L'ONU estime qu'il y a environ 50'000 personnes encore à Fallouja et qu'il est «important que les habitants puissent disposer de couloirs sûrs» pour fuir la ville.

Thaier Al-sudani

«Des avions F-16 ont tué des dizaines de terroristes, dont huit hauts commandants de Daech, au cours de frappes menées dans les secteurs de Haouidja et d'Anbar», lit-on dans le communiqué, qui cite l'acronyme arabe, Daech, de l'Etat islamique (EI).

Les forces armées irakiennes ont lancé mardi à l'aube leur assaut contre la ville de Ramadi, passée en mai dernier sous le contrôle des jihadistes sunnites, à une centaine de kilomètres à l'ouest de la capitale Bagdad.

Elles estiment pouvoir chasser les combattants du groupe Etat islamique (EI) de la ville d'ici quelques jours, a rapporté mercredi la télévision nationale, citant le chef d'état-major de l'armée de terre, le général Osman al Ghanemi.

Si Ramadi tombe aux mains de l'armée, ce sera la deuxième grande ville, après Tikrit, à être reprise par le pouvoir irakien à l'Etat islamique en Irak. Cela conforterait psychologiquement les forces de sécurité irakiennes, qui ont vu à la mi-2014 un tiers du territoire national passer sous le contrôle des jihadistes

de l'EI à la faveur d'une offensive éclair. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion