Grippe porcine: Huit morts confirmés, les décès suspects en baisse
Actualisé

Grippe porcineHuit morts confirmés, les décès suspects en baisse

Le Mexique a révisé mercredi son bilan humain de la grippe porcine, avec 8 morts confirmés, soit un de plus que précédemment.

Par contre, les autorités ont ramené de près de moitié le nombre de décès suspects de 159 à 84.

Le nombre de patients infectés est lui à la hausse, 99 contre 49, mais 91 d'entre eux «vont bien», a affirmé le ministre de la Santé, José Angel Cordova, lors d'une conférence de presse télévisée.

Le Mexique commence aussi à faire ses comptes: l'épidémie lui coûtera 0,3% à 0,5% de son Produit intérieur brut (PIB), selon son collègue des Finances, Agustin Carstens.

Quelques heures plus tôt, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) avait élevé son taux d'alerte au niveau 5, celui d'une pandémie «imminente».

Le maire de Mexico, Marcelo Ebrard, a affirmé que «le nombre de cas de contagion est en voie de stabilisation», envisageant de baisser le niveau de l'alerte sanitaire si cette tendance se confirmait.

La hausse du degré d'alerte de l'OMS traduit l'inquiétude qui grandit à travers le monde. Le nombre de pays touchés est en augmetation. Deux patients ont été testés positivement au virus en Suisse au Pérou. En tout, onze pays présentent des cas avérés de la maladie.

Obama exclut de fermer la frontière

Par ailleurs, un premier cas mortel hors du Mexique a été signalé aux Etats-Unis, celui d'un garçonnet mexicain de moins de 2 ans.

Le président américain Barack Obama a exclu toutefois mercredi de fermer la frontière avec son voisin.

D'après ses experts, «ce serait comme fermer la porte de la grange après que les chevaux se sont échappés», a-t-il déclaré. On recense désormais 91 cas répartis dans dix Etats américains.

Le Mexique n'est pas en état d'isolement, mais les annulations des liaisons aériennes se multiplient: le numéro 1 britannique Thomas Cook a «annulé tous ses vols pour sept jours vers Cancun», la station balnéaire la plus fréquentée du pays. Son compatriote Thomson ne vole plus vers le Mexique et prévoit de rapatrier ses clients.

Hôtels vides

Les mesures de prévention ont encore monté d'un cran: restaurants, cafés, bars, cabarets, discothèques et dancings de la capitale Mexico sont fermés jusqu'au 5 mai, et doivent se cantonner à la vente à emporter. Tous les établissements d'enseignement du pays sont fermés jusqu'au 6 mai.

Tous les sites archéologiques du pays ont également été fermés jusqu'à nouvel ordre. Musées, théâtres, zoos et parcs d'attractions avaient déjà été fermés à Mexico.

Ces fermetures ont vidé les hôtels, «peut-être à leur plus bas dans l'histoire de la ville», selon la profession.

Chaque jour de fermeture des cafés et restaurants de la capitale coûte au secteur quelque 30 millions de dollars, et 108 millions de dollars (123 millions de francs) à l'ensemble de l'économie de la capitale, où le secteur hôtelier a perdu près de 50 millions de dollars depuis jeudi, selon la profession. (ats)

Ton opinion