«Hunger Games»: «Hunger games»: voici l'apéritif
Actualisé

«Hunger Games»«Hunger games»: voici l'apéritif

C'est peu dire que l'adaptation du premier volet de la trilogie signée Suzanne Collins était très attendue.

par
Fred Ferrari

Pour ceux qui n'auraient pas lu l'un des millions d'exemplaires du roman, sachez qu'«Hunger Games» est une dystopie (une utopie en négatif). Dans un futur proche, chaque année, deux ados de différents districts sont tirés au sort pour s'affronter dans un combat à mort retransmis à la télévision. Si Katniss (Jennifer Lawrence) se porte volontaire, c'est pour remplacer sa petite sœur.

Sources antiques

Du pain et des jeux: ce n'est pas un hasard si nombre de scènes (comme la présentation des candidats sur des chars) rappellent la mythologie antique. «Hunger Games» se veut un combat titanesque, le tableau d'une dictature menacée par une sourde rébellion, et une dénonciation de la manipulation médiatique mâtinée de voyeurisme à la mode des télé-réalité. Pas vraiment une nouveauté pour qui a vu «Truman show», «Running man» ou «Le prix du danger». Et rien de neuf dans le film par rapport au roman, que Gary Ross adapte sans véritable ambition esthétique.

Vivement le deuxième épisode

Sûr, «Hunger Gamges» cultive un bon suspense en enchaînant les éliminations successives des candidats dans une forêt hostile et artificielle. Mais il a les défauts inhérents à tout premier épisode d'une saga: une exposition trop longue, des amorces vers la suite (la révolte contre les dictateurs, la romance entre survivants) trop évasives. Force est de constater néanmoins qu'on ne voit pas le temps (plus de deux heures) passer, et qu'on est curieux de découvrir la suite. Exactement ce que demande le peuple.

«Hunger Games»

De Gary Ross.

Avec Jennifer Lawrence, Josh Hutcherson.

Sortie le 21 mars 2012

**

Ton opinion