29.09.2020 à 21:34

GUIDE AUTO «20 MINUTES»Hybride intégrale ou rechargeable: quelle est l’option la plus intéressante?

Benjamin souhaite remplacer son diesel par un véhicule plus écologique. Devrait-il acheter une voiture hybride rechargeable?

de
Markus Peter
29.9.2020

Question de Benjamin à l’équipe d’experts de l’UPSA:

Il est temps de remplacer mon diesel par un véhicule équipé d’une propulsion plus propre. Une voiture purement électrique s’accompagne de trop d’incertitudes à mes yeux du fait de l’infrastructure limitée. Il n’y a plus de voitures à essence dans la catégorie de rendement énergétique A. Seuls des véhicules rechargeables et des voitures hybrides intégrales sont utilisables à l’heure actuelle. D’après les constructeurs, les hybrides rechargeables se caractérisent par de très faibles valeurs de consommation. Des proches qui ont déjà acheté un tel véhicule m’ont toutefois rapporté le contraire. Selon eux, ces voitures consommeraient bien plus que les cinq litres aux 100 km annoncés. L’une de ces personnes évoque même le chiffre de 7 litres! Pourriez-vous m’expliquer ce phénomène? Une voiture hybride intégrale ne serait-elle pas la meilleure solution, car elle permettrait de profiter de valeurs de consommation similaires sans avoir, de plus, à charger de batterie ?

Réponse de Markus Peter de l’UPSA:

Cher Benjamin,

Pour déterminer la technologie de propulsion idéale dans votre cas, il faut tenir systématiquement compte de vos exigences individuelles et de l’infrastructure disponible dans votre région. Je pense notamment à la capacité de transport souhaitée, à la distance journalière normale, au nombre de stations-services ou de stations de recharge près de chez vous et à la possibilité de recharger la voiture chez vous. Je constate que l’infrastructure prévue pour les carburants alternatifs (l’électricité et le GNC, mais aussi l’hydrogène dans une moindre mesure) ne cesse de se développer.

Concernant les faibles valeurs de consommation des hybrides rechargeables, les gens oublient souvent que la consommation totale se divise en consommation de carburant et en consommation d’électricité. Une consommation normalisée typique selon le cycle WLTP se compose par exemple de deux litres d’essence et de 15 kWh d’énergie électrique aux 100 km. Sur les hybrides rechargeables dotées d’une batterie plus grosse, la part de la consommation d’électricité dans la consommation totale est plus élevée alors même que les émissions de CO2 annoncées sont plus basses.

Le calcul de la consommation normalisée ne repose évidemment que sur un comportement d’utilisation théorique. En pratique, tout dépend de l’approche adoptée par le conducteur. Celui-ci branche-t-il sa voiture dès que l’autonomie électrique est épuisée ou utilise-t-il aussi le carburant jusqu’à ce que le réservoir soit vide? Comme une voiture hybride rechargeable est très lourde à cause du double système de propulsion et de la batterie relativement volumineuse, elle consomme plus lorsque la batterie est à plat qu’un véhicule hybride dépourvu de dispositif de recharge.

Une voiture entièrement électrique convient donc mieux en pratique à celles et ceux qui ne parcourent que des trajets courts, pourvu qu’ils aient accès à une station de recharge. Une voiture hybride rechargeable devrait aussi passer régulièrement à la station-service électrique, faute de quoi le concept perd tout intérêt. Par rapport à une voiture entièrement électrique, une hybride rechargeable a l’avantage d’une autonomie mixte plus généreuse pour les trajets occasionnels plus longs. Cette solution n’est toutefois possible que grâce à une technologie plus sophistiquée qui alourdit le véhicule et qui coûte plus cher.

Les conducteurs qui souhaitent parcourir fréquemment de grandes distances en ménageant l’environnement sans s’éterniser à des stations-services devraient s’intéresser aux voitures fonctionnant au GNC (gaz naturel ou biogaz) ou aux véhicules hybrides sans fonction de recharge, car ces deux options constituent des solutions de remplacement à la fois captivantes et financièrement avantageuses.

Bonne route!

L’UPSA est l’association des garagistes suisses. Quelque 4000 entreprises comptant 39’000 collaborateurs au total (dont 9000 jeunes en formation initiale et continue) veillent à ce que nous puissions circuler de manière fiable, sûre et écoefficiente. L’équipe d’experts qui répond à vos questions est composée de: Markus Aegerter (Commerce et Prestations), Olivier Maeder (Formation), Markus Peter (Technique et Environnement) et la juriste de l’UPSA, Olivia Solari (Droit).

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!