Ian Paisley Premier Ministre
Actualisé

Ian Paisley Premier Ministre

BELFAST - Le leader protestant Ian Paisley et le chef adjoint du Sinn Féin Martin McGuinness ont été élus mardi à la tête du nouveau gouvernement d'Irlande du Nord.

Le protestant Ian Paisley est devenu Premier ministre d'un gouvernement partagé entre catholiques et protestants en Irlande du Nord. Son vice-premier ministre sera le catholique Martin McGuinness, ancien dirigeant de l'IRA, qui a lui aussi prêté serment.

Les prestations de serment ont eu lieu au parlement de Stormont. Les Premiers ministre britannique Tony Blair et Bertie Ahern, qui ont beaucoup travaillé ensemble pour régler le dossier nord- irlandais, étaient aussi présents.

M. Paisley, 81 ans, leader du parti unioniste démocrate (DUP) et M. McGuinness, 56 ans, ancien dirigeant de l'IRA, la branche armée de Sinn Féin, ont promis de «servir tout le peuple d'Irlande du Nord de manière égale», et de «promouvoir l'intérêt de toutes les communautés pour un avenir partagé», lors d'une déclaration lue par le vice-speaker de l'Assemblée.

Historique

C'est la première fois que les ennemis jurés d'hier, DUP et Sinn Féin gouvernent ensemble. Cet événement historique laisse espérer aux Nord-Irlandais une paix enfin durable.

Peu avant son investiture, Ian Paisley a salué un «nouveau départ» pour l'Irlande du Nord, et invité les Nord-Irlandais à «relever le défi». «Nous entamons un chemin qui va ramener la paix et la prospérité», a-t-il ajouté.

Martin Mc Guinness s'est lui dit «de plus en plus confiant que tout ça va marcher. Mon expérience de travail avec Ian Paisley a été très bonne», a-t-il dit.

Des hauts et des bas

Le ministre britannique à l'Irlande du Nord Peter Hain a témoigné du même optimisme. La province est «à l'aube d'un nouveau futur démocratique. Il y aura des hauts et des bas sur le chemin mais je pense que cela va tenir et je pense que cela va fonctionner», a-t-il jugé.

Quelques minutes avant la cérémonie d'investiture, la police a dispersé plusieurs dizaines de manifestants se trouvant devant l'Assemblée régionale de Stormont. Le motif de leur manifestation n'était pas immédiatement connu.

L'accord de partage du pouvoir entre catholiques et protestants est censé mettre un point final à des décennies de violences. Les deux anciens ennemis jurés prennent la tête de l'exécutif autonome de la province britannique, qui cherche la stabilité politique depuis l'accord de paix du «Vendredi saint» en 1998.

Les violences interconfessionnelles ont fait 3500 morts dans la province entre 1969 et 1998.

(ap)

Ton opinion