Tennis: Iga Swiatek a réagi aux accusations de harcèlement sexuel dans son pays

Publié

TennisIga Swiatek a réagi aux accusations de harcèlement sexuel dans son pays

La Polonaise, No 1 mondiale à la WTA, a pris fait et cause pour la députée Katarzyna Kotula, qui a déclaré lundi qu’elle avait été harcelée sexuellement, alors qu’elle avait 13-14 ans et qu’elle s’entraînait dans un club du nord-est de la Pologne.

Iga Swiatek a réagi après les accusations de harcèlement sexuel et de violences lancées contre le président de la fédération polonaise de tennis.

Iga Swiatek a réagi après les accusations de harcèlement sexuel et de violences lancées contre le président de la fédération polonaise de tennis.

AFP

La Polonaise Iga Swiatek, qui domine la hiérarchie mondiale du tennis, a réclamé mardi une réaction des instances dirigeantes du tennis polonais à la suite des accusations de harcèlement sexuel et de violences lancées contre le président de la fédération (PZT).

Une député polonaise, Katarzyna Kotula, a déclaré lundi à la presse que Miroslaw Skrzypczynski l’avait harcelée sexuellement alors qu’elle avait 13-14 ans, lorsqu’elle s’entraînait dans un club dans le nord-est de la Pologne au début des années 1990.

Ses déclarations sont venues en écho à d’autres accusations diffusées récemment sous le couvert de l’anonymat. Le président de la fédération, en poste depuis 2017, a rejeté ces accusations.

«En tant que No 1 actuelle du tennis féminin, je ne peux pas rester silencieuse à propos de certaines choses.»

Iga Swiatek, No 1 à la WTA

Réagissant mardi via un long fil de messages sur Twitter, Iga Swiatek a estimé que «les instances dirigeantes devraient déterminer ce qui s’est passé et j’espère qu’elles s’en occuperont».

«Ce n’est pas mon rôle de faire le travail des instances dirigeantes et des journalistes car l’affaire et trop grave et il s’agit de la vie et de la santé de personnes», poursuit-elle, précisant ne pas avoir été pour sa part victime de tels comportements.

«En tant que No 1 actuelle du tennis féminin, je ne peux pas rester silencieuse à propos de certaines choses», note-t-elle, invitant également les victimes de harcèlement et de violence à chercher une aide auprès de professionnels et publiant les numéros de plateformes téléphoniques de soutien psychologique.

Dans un entretien diffusé lundi par le portail Onet.pl, Katarzyna Kotula, élue de gauche au Parlement, a déclaré que le président de la Fédération l’avait harcelée sexuellement «au moins une douzaine de fois en trois ans».

Selon elle, d’autres joueuses étaient également victimes de comportements similaires de la part de Skrzypczynski, que la députée qualifie de «prédateur sexuel».

Katarzyna Kotula, élue de gauche au Parlement polonais, a déclaré que le président de la Fédération l’avait harcelée sexuellement «au moins une douzaine de fois en trois ans».

Katarzyna Kotula, élue de gauche au Parlement polonais, a déclaré que le président de la Fédération l’avait harcelée sexuellement «au moins une douzaine de fois en trois ans».

imago images/newspix
(AFP)

Ton opinion

0 commentaires