Drame de l'A1: «Il a été puni avec la mort de son jumeau»

Actualisé

Drame de l'A1«Il a été puni avec la mort de son jumeau»

Les avocats de deux voleurs lyonnais ont sollicité la clémence du tribunal de Fribourg lundi. Le parquet a requis 30 à 42 mois de prison. En 2010, le jumeau d'un des accusés avait été tué par la police.

par
Christian Humbert

«La mort de mon frère m'a fait mûrir. Il est mort pour des conneries. J'ai beaucoup avancé et changé. Je travaille maintenant dans le bar familial et collabore avec une association d'entraide. Je n'ai plus de mauvaises fréquentations.» Daniel, 22 ans, comparaît avec un de ses complices, Yunus, devant le tribunal de Morat siégeant à Fribourg.

Vol de neuf voitures de luxe en deux semaines

C'est son jumeau, Sébastien, qui a été tué en avril 2010 dans le tunnel de Sévaz (FR) au cours d'une course-poursuite avec la police. Cette tournure dramatique marquait la fin de trois expéditions menées par quatre jeunes qui partaient de Lyon pour venir voler des voitures de luxe en Suisse. Ils sont accusés d'avoir cambriolé neuf berlines (Porsche, Mercedes, Range Rover) dans des garages de Chiètres (FR), du Landeron (NE) et de Lyss (BE) entre le 2 et le 18 avril. La bande a aussi volé des plaques ailleurs en Suisse romande.

Dans la nuit du 17 au 18 avril 2010, Daniel fait partie d'un convoi de trois voitures volées qui roulent à plus de 200 km/h sur l'autoroute entre Morat (FR) et Avenches (VD). Il est au volant d'une VW Phaeton volée. Une voiture de police – occupée par deux agents, sur le banc des plaignants ce lundi – prend la bande en chasse. Daniel donne des coups de volant, manque d'envoyer la voiture des forces de l'ordre dans les décors, fait des zigzags, passe sur le siège passager en roulant et saute de la voiture en marche avant de prendre la fuite à pied. Il réussit à s'échapper et à regagner son domicile, dans la banlieue de Lyon. Il sera interpellé quelques jours plus tard en Suisse où il était revenu pour se recueillir sur le tunnel autoroutier où son frère jumeau a été tué par un gendarme vaudois au cours du même périple des malfaiteurs. Cette affaire mortelle fera d'ailleurs l'objet d'un autre procès dans les mois à venir.

«Vous n'êtes pas des débutants qui ont paniqué»

Daniel et Yunus, ont effectué huit mois de préventive avant d'être libérés à la veille de Noël 2010 après avoir versé une caution. Yunus, qui vient d'être papa, est au chômage, comme sa femme. «Je rejette mes actes passés», lance-t-il, tout en reconnaissant les vols. Le troisième complice est resté en France. En se basant sur les relevés GPS et téléphoniques des deux accusés, le procureur fribourgeois Fabian Gasser a balayé les dénégations des deux Lyonnais, qui contestent certains délits. Le représentant du ministère public refuse de les considérer comme des débutants qui ont paniqué. Il a requis trois ans et demi de prison à l'encontre de Daniel et deux ans et demi de privation de liberté pour Yunus.

Jean-Pierre Huguenin, l'avocat de Yunus, a souligné que son client «n'est pas un truand sans scrupule». A en croire la défense, les vols n'ont rien rapporté à leurs auteurs car les voitures ont été «soit récupérées, soit endommagées». Me Huguenin conteste l'infraction de vol par métier.

Me Richard Calame, un des défenseurs de Daniel, a invité le tribunal à «ne pas faire de la politique criminelle». Selon la défense, Daniel a été suffisamment puni avec la mort de son frère jumeau dont il n'a pas pu participer aux obsèques. Les deux défenseurs du Français d'origine turque estiment qu'il doit être libéré de toute peine en ce qui concerne bon nombre des délits commis. Verdict vendredi.

Ton opinion