Genève: «Il a fallu le menotter pour le conduire à l'hôpital»
Actualisé

Genève«Il a fallu le menotter pour le conduire à l'hôpital»

Un conducteur a percuté un feu de circulation mardi soir au Bouchet. Agressif et alcoolisé, il a menacé policiers et ambulancier.

par
Marine Guillain
1 / 5
Un conducteur de 34 ans a embouti un feu de circulation mardi soir au Bouchet (GE).

Un conducteur de 34 ans a embouti un feu de circulation mardi soir au Bouchet (GE).

Lecteur reporter
Comme il résistait, les policiers ont dû le menotter pour le conduire à l'hôpital.

Comme il résistait, les policiers ont dû le menotter pour le conduire à l'hôpital.

Lecteur reporter
Lélectricité a été coupée sur tout le carrefour à la suite du choc.

Lélectricité a été coupée sur tout le carrefour à la suite du choc.

Lecteur reporter

L'électricité a été coupée sur tout le carrefour, mardi. La cause? Vers 22h30, un conducteur de 34 ans a embouti un feu de circulation, au Bouchet à Genève, à la hauteur de l'avenue Edmond-Vaucher. «Il conduisait comme un sauvage, précise Eric Grandjean, porte-parole de la police. Un autre automobiliste a dû planter les freins pour éviter la collision.»

Légèrement blessé, le chauffard a refusé d'obéir aux forces de l'ordre. «Il criait qu'il n'était pas alcoolisé et que quelqu'un lui avait coupé la route, raconte une témoin de la scène. Il mélangeait ses propos et tenait à peine debout. Il n'était clairement pas dans son état normal.» Selon cette lectrice, l'homme a essayé de frapper l'ambulancier qui tentait de contrôler son état. Mais les agents de police l'ont maîtrisé.

«Son haleine sentait fort l'alcool, poursuit Eric Grandjean. Il était menaçant et se débattait. Nous avons dû le menotter pour le conduire à l'hôpital.» Le trentenaire a été attaché avec des sangles sur une civière. Il avait un taux d'alcool de 1,93 pour mille dans le sang. Mercredi matin, la signalisation du carrefour était en réparation.

La police genevoise recherche les éventuels témoins de cet accident, lesquels sont priés de s'annoncer à la brigade de sécurité routière au n° + 41 22 427 64 50.

Ton opinion