Il a fracassé le crâne de sa femme «pour l'honneur»
Actualisé

Il a fracassé le crâne de sa femme «pour l'honneur»

Il a tué son épouse à coups de marteau. Vingt ans de réclusion ont été requis hier contre un Pakistanais de 26 ans.

Le procureur a qualifié l'acte d'assassinat pour la perversion et l'absence de scrupules de l'inculpé. Les faits remontent au 24 juillet 2005. La victime, une Suissesse d'origine pakistanaise âgée de 20 ans, avait été retrouvée dans son lit, agonisante, le crâne fracassé de quatre coups de marteau. Elle est morte une heure et demie plus tard à l'hôpital. Son mari avait prétendu que sa femme l'avait agressé avec un couteau, mais sa mise en scène avait vite été démasquée.

Le prévenu était arrivé du Pakistan quatre mois plus tôt pour épouser sa cousine germaine, établie à Bellinzone avec sa famille. Le mariage avait été arrangé et s'était révélé être un désastre. L'homme cependant ne voulait pas «salir son honneur» en acceptant le divorce demandé par son épouse. La victime, au Tessin depuis l'âge de 3 ans, vivait à l'occidentale. Son mari n'acceptait pas qu'elle ne porte pas le voile, mette des pantalons, utilise un téléphone portable et cherche un emploi.

Pour le procureur, la préméditation ne fait aucun doute. Deux jours avant les faits, l'inculpé est allé acheter un marteau qu'il a dissimulé en haut d'une armoire. Il a frappé son épouse par surprise alors que celle-ci était étendue sur le lit. Le choc culturel et le déracinement de l'accusé qui venait d'arriver de son Pakistan natal n'est pas une circonstance atténuante, pour l'accusation. Après la défense demain, le verdict est attendu pour mercredi.

(ats)

Ton opinion