Chine: Il a remué ciel et terre pour revoir sa chienne errante
Actualisé

ChineIl a remué ciel et terre pour revoir sa chienne errante

L'histoire de Dion Leonard et de Gobi, devenus inséparables après un marathon en Chine, a fait les gros titres début août. Mais leur amitié vient d'être mise à rude épreuve.

par
gux/ofu
1 / 5
Dion Leonard et Gobi à la fin du marathon.

Dion Leonard et Gobi à la fin du marathon.

Crowdfunder.co.uk/bring-gobi-home
En juin, la chienne a accompagné le coureur sur plus de 100 kilomètres à travers le désert de Gobi, en Chine.

En juin, la chienne a accompagné le coureur sur plus de 100 kilomètres à travers le désert de Gobi, en Chine.

Crowdfunder.co.uk/bring-gobi-home
Grâce à un site de crowdfunding, l'athlète est parvenu à rassembler 18'000 francs pour pouvoir ramener la chienne chez lui en Ecosse.

Grâce à un site de crowdfunding, l'athlète est parvenu à rassembler 18'000 francs pour pouvoir ramener la chienne chez lui en Ecosse.

Crowdfunder.co.uk/bring-gobi-home

Les photos d'un marathonien et d'un toutou, publiées au début du mois par la presse internationale, valent mille mots. Et leur histoire touchante a ému de nombreuses personnes à travers le monde.

Dion Leonard a rencontré la chienne errante lorsqu'il participait à la marche de Gobi, un marathon de 250 km dans le désert entre la Mongolie et la Chine. L'animal a parcouru plus de 100 km aux côtés de l'Australien qui, une fois l'aventure terminée, a décidé d'adopter le toutou. Le but: fêter Noël chez lui en Ecosse en compagnie de Gobi, nom qu'il a donné à la bête en hommage au désert qu'ils ont parcouru ensemble.

«C'était un des jours les plus noirs de ma vie»

En très peu de temps, Dion Leonard est parvenu à rassembler l'argent nécessaire pour les contrôles médicaux et la quarantaine obligatoire de 120 jours. Le marathonien avait même trouvé un ami à Ürümqi, chef-lieu de la province autonome ouïgoure du Xinjiang, prêt à accueillir Gobi en attendant d'être placé en quarantaine.

Or, comme le révèlent désormais plusieurs médias étrangers, l'histoire du coureur et de la chienne errante a failli connaître une triste fin. En effet, Gobi s'est enfuie à la mi-août par une porte mal fermée. En apprenant la nouvelle, le coureur - qui était entre temps retourné à son domicile en Ecosse - a été envahi par un puissant sentiment de tristesse. «C'était un des jours les plus noirs de ma vie», a-t-il récemment confié à la presse britannique.

«Je devais essayer»

Sans hésiter, Dion Leonard a sauté dans le prochain avion pour la Chine en espérant retrouver son compagnon à quatre pattes. «Je savais qu'il n'y avait presque pas d'espoir de la retrouver dans une ville de plus d'un million d'habitants. Mais je devais essayer.» Une nouvelle fois, le coureur a mobilisé la presse et a lancé une collecte de dons via un site de crowdfunding afin de pouvoir entreprendre ses recherches.

Mais malgré les 12'000 francs récoltés et tous les efforts entrepris pour retrouver la chienne, celle-ci est restée introuvable. «Ça me brisait le coeur de devoir rentrer sans elle à la maison», se souvient le sportif. Or, à quelques jours de son départ, il a reçu un appel d'un homme affirmant avoir vu un chien dans un parc, ressemblant fortement à Gobi. «Nous avions déjà suivi plusieurs fausses pistes dans les jours qui ont précédé alors je n'y croyais plus vraiment.» Dion Leonard a quand même fait le déplacement: «Je suis entré dans la pièce dans laquelle l'homme avait gardé l'animal et je l'ai vue. C'était elle! Elle a tout de suite couru vers moi et m'a sauté dessus.» Et d'ajouter: «C'était comme au début: le coup de foudre.»

Le sportif est actuellement à nouveau de retour en Ecosse... sans Gobi qui doit absolument faire ses 120 jours en quarantaine. Mais en attendant que tout soit terminé, Dion Leonard a prévu d'aller lui rendre visite deux ou trois fois au cours des prochains mois.

Ton opinion