Genève: Il appelait de très jeunes sportives pour les harceler
Publié

GenèveIl appelait de très jeunes sportives pour les harceler

Un homme a été jugé pour avoir proféré des insanités à plusieurs fillettes. Il les repérait sur des sites de course à pied.

par
Marine Guillain
Le quadra a monté des dossiers sur les coureuses qui l'attiraient.

Le quadra a monté des dossiers sur les coureuses qui l'attiraient.

Keystone/Martial Trezzini

«Salut Léa*, t'as déjà sucé ma b...? Tu veux la voir?» Voilà ce qu'a entendu une petite fille de 10 ans en décrochant le téléphone, le soir du 15 décembre 2013. A l'autre bout du fil, Hubert*, aujourd'hui 49 ans. Il avait vu des photos de l'enfant sur le site de la course de l'Escalade, avait trouvé ses coordonnées grâce à son dossard et l'appelait depuis une cabine téléphonique.

Il a fait de même avec en tout cas onze autres filles, âgées de 9 à 12 ans. Jusqu'en avril 2015, il a appelé chez elles, une ou plusieurs fois. Il s'adressait aux coureuses ou à leur maman, avec toujours les mêmes propos: «Votre fille a un joli petit c.., je me la ferais bien, tu crois qu'elle aimerait me sucer?» Sa voix était calme et déterminée, selon la dizaine de parents présents vendredi au tribunal. «Je me sentais très en danger, j'ai cru qu'il allait nous faire du mal, au point de penser à déménager», a dit une maman. «Ma fille a arrêté le sport d'un coup alors qu'elle adorait», a déploré une autre.

«J'ai fait cela car j'avais énormément de frustrations et des pics de stress au travail, a expliqué Hubert, homme marié qui bosse dans la finance. Les obscénités horribles que je disais me faisaient du bien.» Il a exprimé ses «plus profonds regrets», assurant qu'il n'était plus le même homme aujourd'hui. La juge l'a condamné à 15 mois de prison avec un sursis de 5 ans et l'obligation de poursuivre sa thérapie.

Système perverti

Après ses téléphones, le prévenu allait coucher avec des prostituées. Il a été retrouvé grâce à la localisation des appels et de son véhicule. La police a saisi chez lui une clé USB avec 3332 images et 14 vidéos pédopornographiques. «Il a perverti le système des courses à pied», a souligné la procureure. Pour Me Canonica, son client a mal géré ses pulsions car il n'a pas reçu le bagage affectif pour se développer normalement. La juge a décidé que son enfance difficile ne suffisait pas à expliquer ses actes.

*Prénoms d'emprunt

Ton opinion