France: Il appelait la police pour des faits imaginaires
Actualisé

FranceIl appelait la police pour des faits imaginaires

Un Français a été condamné vendredi à six mois de prison avec sursis pour avoir signalé par téléphone des dizaines d'infractions imaginaires durant plusieurs mois.

Âgé de 22 ans, le prévenu avait été interpellé et placé en garde à vue jeudi après un appel à la police judiciaire du 36 Quai des Orfèvres, à Paris, à qui il avait rapporté un risque d'attentat terroriste dans un supermarché de Woippy. Depuis mars, il avait appelé les services d'enquête de Metz, Marseille ou Rennes, signalant alternativement «des cadavres dans son appartement, des séquestrations ou des trafics d'armes», a raconté son avocat, Me Ludivine Roguet.

«Il a basculé dans la mythomanie après une incarcération au printemps. C'est un peu comme un pyromane: il voulait voir en action les policiers en bas de chez lui, il n'avait pas de plaisir particulier à les faire venir, mais à les voir faire», a encore dit Me Roguet. Devant le tribunal correctionnel de Metz où il passait en comparution immédiate, le procureur-adjoint, Laurent Czernik, avait requis une peine de 6 à 8 mois d'emprisonnement ferme, avec mandat de dépôt.

Le jeune homme a été reconnu coupable de fausses déclarations et dénonciation de crimes et délits imaginaires. Outre la peine d'emprisonnement avec sursis, il a été condamné à un travail d'intérêt général et à une obligation de soins. (afp)

Ton opinion